TOLSTOÏ « broken » (autoproduction : Il y a chez Tolstoï une rage sincère qui ne peut laisser indifférent. On y retrouve, l’urgence du hardcore, et la fougue des premiers Fugazi passés dans une moulinette noise bien dégueulasse. On y perd en finesse, mais le trio possède suffisamment d’arguments pour nous donner envie d’y croire. Back to basic !...