IDLES cartonnent à La Cartonnerie !

IDLES + LIFE, La Cartonnerie de Reims, 8 avril 2019 Idles + Life : voilà une affiche qui donnait l’eau à la bouche ! Je ne suis d’ailleurs pas le seul à le penser car la petite salle de la Cartonnerie affiche complet ce soir et pas mal d’étrangers ont fait le déplacement de Belgique, d’Allemagne et

THE GET UP KIDS Problems

ALBUM. Etrange sensation que d’entendre le premier titre de Problems…Car avec Satellite, c’est comme si on était soudainement projetés 19 ans en arrière, du temps de Something To Write Home About, le second album des Get Up Kids qui a installé le groupe comme l’une des figures de proue de ce que l’on appelait, à

FEWS Into Red

ALBUM. Le premier album de Fews, sorti de nulle part, nous avait pris par surprise. Et on se demandait vraiment si le binôme Lomelino/Rundquist (rejoints par Clifton à la basse et Andersson à la batterie) avait les épaules suffisamment solides pour confirmer ce premier effort plus que prometteur. Eh bien la réponse est oui. Car

FACS Lifelike

ALBUM. C’est un euphémisme de dire que l’on avait été déçus d’apprendre la disparition de Disappears tant on trouvait leur post-punk dépouillé envoûtant et marquant. Frustrés aussi de voir qu’Era (pour nous leur meilleur album) et Irreal n’auraient pas de successeur. Heureusement, comme souvent, ses anciens membres n’ont pas tardé à rebondir. Brian Case (guitare,

FEELS Post Earth

ALBUM. Car : morceau d’ouverture garage-punk avec un côté 70s qui rappelle Ty Segall (le blondinet avait d’ailleurs produit le précédent album de Feels sorti sur Castleface, le label de John Dwyer). Deconstructed : brulôt punk-hardcore bien enragé. Find A Way : le meilleur titre, plus mélodique et mélancolique, qui rappelle clairement l’indie rock de Sleater Kinney avec

LES ESCLAVES OUBLIES DE TROMELIN (Savoia)

BD. Commençons par les faits, hallucinants, qui en disent long sur les mentalités de l’époque…Le 3 juillet 1761, L’Utile, navire de charge dont le capitaine, Lafargue, avait embarqué 160 esclaves quelques jours plus tôt à Madagascar, fait naufrage au beau milieu de l’Océan Indien. Les survivants (quelques membres de l’équipage et une bonne partie des

PSYCHOTIQUE (Mathis/Dorange)

BD. Jacques Mathis est poète, réalisateur de films (comme Gottvertomi) et il écrit des romans. Mais il est aussi, et peut-être surtout, psychotique. Obligé, chaque soir, de prendre des médicaments pour vivre une vie normale. Enfin, à peu près normale puisqu’il ne faut pas boire d’alcool, ne pas prendre de drogues, avoir un sommeil régulier

CURSIVE Vitriola

ALBUM. Il y a des jours comme ça… On n’a rien demandé à personne et on se prend, sans le voir venir, un grand coup derrière la tête. Tout ça parce que l’on est tombé sur Vitriola. Nouvel album de Cursive, groupe dont on n’avait pas entendu parler depuis à peu près… 20 ans. Un

ON MARS 2. Les solitaires (Grun/Runberg)

BD. Jasmine a finalement décidé de rejoindre l’église syncrétique nouvelle. Non qu’elle soit devenue subitement croyante mais tout simplement parce qu’elle a compris que le groupe religieux et son chef spirituel Xavier Rojas étaient les plus à même de l’aider à survivre dans ce pénitencier ultra-violent de Mars où elle a été condamnée à passer

CEUX QUI CONSTRUISENT DES PONTS (Zapico)

BD. Nous sommes en 2016. Alfonso Zapico est en plein dans la réalisation de sa nouvelle bande dessinée (un projet fleuve de plus de 500 pages), La Balada del Norte, quand il apprend qu’Eduardo Madina projette de faire une interview de Fermin Muguruza, légende du rock alternatif, pour le magazine Jot Down. Impossible de manquer

RETOUR A KILLYBEGS (Alary)

BD. Avril 2007. Tyrone Meehan est revenu à Killybegs, le village de son enfance. Depuis que sa trahison a été rendue publique par le MI5, les services secrets britanniques, il sait qu’il peut mourir à tout moment. Car processus de paix ou pas, l’IRA va avoir du mal à pardonner. A pardonner que l’une de