Lucille
Debeurme
(futuropolis)

Lucille vit seule avec sa mère qu’elle déteste dans une maison isolée. Petite, elle était un peu ronde et ne rêvait que de devenir comme sa poupée : belle et mince. Alors, elle a commencé à moins manger…jusqu’à en devenir anorexique. Elle devient tellement maigre qu’elle est bientôt trop faible pour pouvoir sortir.
Arthur aime son père, marin-pêcheur sur un chalutier. Un père pourtant violent et alcoolique qu’il a déjà été rechercher au bistrot du village à de nombreuses reprises. Alors Arthur compte, ses pas, les battements de son cœur, les verres que boit son géniteur, pour se rassurer. Et devient mythomane pour s’inventer une vie. Un jour, alors qu’il a accompagné son père à l’hôpital après une énième bagarre d’ivrogne, Arthur croise Lucille au distributeur de boissons.
Ludovic Debeurme nous conte l’histoire de deux êtres déjà brisés avant même de parvenir à l’âge adulte. Dans son style singulier. On retrouve en effet ce dessin dépouillé au trait simple, comme si l’auteur ne voulait pas que l’attention du lecteur soit divertie , détournée de ce qui importe : le récit, qu’il a voulu intimiste. Ainsi que cette volonté de prendre son temps pour faire exister ses personnages, pour les rendre proches du lecteur. Histoire aussi d’éviter clichés et idées toutes faites. D’où les 500 pages de cette première partie.
Le résultat est impressionnant de sensibilité et de justesse. Rarement la psychologie de personnages de bande dessinée aura été si bien cernée : maladie, violences, découverte de l’amour, rapports parents/enfants, premier rapport sexuel sont traités avec une subtilité et une vérité étonnantes.
Une œuvre qui dépeint la difficulté de se construire pour les adolescents ne pouvait être que violente et âpre. Ludovic Debeurme y a ajouté la force et l’émotion qui font les chef-d’œuvres.

[sullivan]

 

<< BD
HOME >>