archives BD

Zoo
Frank/Bonifay
aire libre

Début du XXème siècle. Célestin est médecin mais il passe le plus clair de son temps et de son argent à s’occuper de son immense zoo qu’il a implanté en Normandie. Passionné d’animaux, il recueille et soigne une incroyable variété d’espèces, bien secondé dans sa mission par Manon, sa fille adoptive, et Buggy, un artiste qui s’est installé dans sa maison il y a quelque temps déjà quand il s’est attaché à la jeune fille. Notre trio vit en totale harmonie avec la faune et la flore dans ce véritable havre de paix qu’est ce domaine. Jusqu’à ce que le monde extérieur et la triste réalité ne viennent se rappeler à eux et briser leur rêve…
Ce zoo, c’est une arche de Noé, avec Célestin dans le rôle du sauveur. N’a-t-il pas adopté Manon à la mort de son père ? Et n’est-il pas présent à chaque fois qu’une créature (un zèbre à la patte cassée, un singe abandonné) ou un être humain (Anna, rejeté par son clan) a besoin d’être aidé, soigné et choyé ? Une sorte de paradis terrestre retrouvé où l’on s’aime, sculpte, joue, partage. Une terre sans mal, diraient Lepage et Sibran, qui semble avoir été créée pour préserver ses habitants des malheurs, de la tristesse ou de la peur. Mais tout comme dans le récit biblique, l’arche de Célestin connaîtra le déluge, après, cette fois. Un déluge de bombes et de feu. Car lui qui pensait protéger les siens en vivant en dehors de la réalité, va être rattrapé par elle, avec la guerre.
A l’instar d’Yslaire dans son “Ciel au-dessus de Bruxelles”, Frank et Bonifay ont voulu créer une sorte de parenthèse enchantée avec “Zoo”. Une bulle d’utopie en marge des productions habituelles où il y a besoin de peu de textes pour montrer la joie, le bonheur, le désir ; où le magnifique dessin de Frank restitue à merveille la beauté de la nature (on sent dans le regard des animaux le plaisir qu’a pris le dessinateur à les faire vivre) et des âmes de Célestin et de ses protégés ; où l’on prend le temps d’admirer la splendeur d’une panthère ou la magie d’une femelle oryx mettant bas. Mais une bulle forcément fragile, comme le rappellent les auteurs dans le troisième tome et qui finit par éclater. Nous laissant bien amers face à la folie des hommes mais aussi admiratifs devant cette trilogie vraiment atypique ici présentée dans une superbe intégrale (avec jaquette, dessins et textes inédits) qu’Aire libre sort pour fêter ses 25 ans !

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com