archives BD

Parce que le paradis n’existe pas
Marie/Vanders
grand angle

Plus d’argent, plus d’amis, plus d’hygiène. Fabien est à la rue. Au chômage depuis un an, il ne supportait plus de voir Alexandra subvenir à leurs besoins et s’est laissé submerger par la honte. Jusqu’à ne plus arriver à lui dire “Je t’aime” et à simplement vivre. Alors Fabien est parti. Mais maintenant qu’il ne lui reste plus rien, il doit se rendre à l’évidence. Il n’a plus qu’une solution : appeler ses parents et retourner vivre dans la maison familiale. Pour se ressourcer, retrouver les paysages et le cadre de son enfance et ensuite prendre un nouveau départ. Un retour en arrière difficile mais nécessaire qui s’avérera cependant plus violent que prévu…
On parle désormais beaucoup de “littérature graphique”. Du coup, Damien Marie a voulu aller au bout de la logique en proposant les deux versions de “Parce que le paradis n’existe pas” : en annexe, le roman, certainement le point de départ du projet, ainsi que sa version graphique signée Vanders. L’occasion pour nous d’apprécier le travail d’adaptation de notre binôme pour passer à la forme dessinée (un trait simple mais adapté juste rehaussé de lavis de gris).
Une démarche originale pour un récit initiatique qui ne l’est pas moins. Mais oui, initiatique, même si Fabien a 36 ans. Car en revenant sur les lieux de son enfance, le narrateur s’oblige à revoir cette période de sa vie autrement, avec d’autres yeux, ceux d’un adulte. A tel point qu’il retrouve même parfois, par l’entremise d’un petit tour de passe-passe scénaristique de Marie (clin d’œil à Taniguchi et à son “Quartier lointain”), son corps de garçon de 10 ans. Il revit alors les combats entre son clan, les Apaches, et les Yankees ennemis, les passe d’armes avec Alex, l’inséparable, pour prouver son courage, les punitions de M. Brettini, l’instituteur, ou les relations façon “Je t’aime moi non plus” avec les filles. Et en ressort finalement grandi. Et différent !
“Parce que le paradis n’existe pas” est une ode à l’amour et à la vie juste et inattendue qui doit beaucoup à la sensibilité introspective à fleur de peau de Damien Marie. Une belle découverte.

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com