archives BD

Badlands
Gonzalbo/Cassini
soleil

1890. Jonny Hamilton se rend dans le Dakota du sud pour rendre un dernier hommage à son père récemment décédé. Ce dernier avait laissé sa femme et son seul fils à Philadelphie pour venir trouver la fortune à Deadwood. En vain. Tout ce qu’il laisse en héritage à Jonny se résume à 2 choses : une minuscule cabane qu’il s’était construite dans les collines et un livre qui prend possession de l’âme de Jonny à l’instant où il l’ouvre. Et bientôt, de mystérieux cavaliers se lancent à sa poursuite dans le but de le tuer.
Les fans de la série “Corpus Hermeticum” seront ici en terrain connu puisque l’on retrouve dans ce one-shot ce mélange de thriller et de fantastique teinté de magie et d’occulte dont elle a fait sa marque de fabrique. Sans parler bien sûr de ce livre aux pouvoirs extraordinaires, ce codex qui peut apporter la Connaissance à celui qui sait le déchiffrer tout en le condamnant en même temps à la malédiction, celle des Kakish’Kté, les esprits vengeurs des premières nations américaines.
Si Gonzalbo et Cassini font le métier avec ce “Badlands”, sorte de variation (simplifiée) sur le mythe du “Faust” de Goethe, c’est sans grand zèle néanmoins . Car si les paysages du Dakota, et plus généralement le contexte de la frontière américaine à la fin du XIXe siècle, sont bien rendus, “Badlands” nous laisse clairement sur notre faim : la narration est en effet bien linéaire et surtout le scénario est un peu trop simpliste, l’intrigue se résumant en fait essentiellement à un aspect : la course poursuite entre Jonny et les esprits vengeurs. Du coup, le récit en reste au stade du divertissement, pas déplaisant du tout, mais pas vraiment mémorable.

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com