archives BD

Jean-Jacques
Makyo-Richaud/Rocco
delcourt

Jean et Jacques Chapelet s’inspirent chaque jour de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau et se nourrissent de ses réflexions humanistes : ils lisent ainsi quotidiennement des passages de ses livres, essaient d’intégrer ses idées politiques et se sont même mis en tête de reproduire le jardin de “La nouvelle Héloïse” dans leur propriété. Car ces admirateurs fous de Rousseau n’ont qu’une obsession en tête : inviter le philosophe chez eux, dans le domaine de la Garenne. Aussi, vous pouvez imaginer le profond désarroi dans lequel ils furent plongés quand ils apprirent par l’entremise du journal que leur maître venait de mourir d’une crise d’apoplexie à Ermenonville dans le château d’un certain marquis de Girardin. Se pourrait-il que leur rêve de rencontrer Rousseau ne se brise aussi subitement ? Les 2 frères ne veulent bien entendu pas le croire et vont bientôt trouver un moyen de changer le cours du destin…
On avait déjà rencontré Richaud en bande dessinée avec “Le peuple des endormis”, adaptation de l’un de ses romans avidement dessinée par Tronchet. Et l’on retrouve ici des éléments déjà présents dans cet étonnant diptyque paru dans la collection Aire libre de Dupuis : ce goût pour la fable philosophique et ces personnages illuminés et décalés. Car il faut bien avouer que cela ne tourne pas bien rond dans la tête de ce duo de frères qui ont décidé de vouer leur vie au culte de Rousseau. Ce qui va les mener dans des aventures aussi cocasses que burlesques.
Si le récit a su garder le ton singulier du roman de Richaud, avec notamment le dessin de Rocco qui se rapproche parfois judicieusement de la caricature pour souligner le grotesque de certaines situations, Makyo y a ajouté sa touche personnelle, histoire de faire vraiment sienne cette réflexion sur les limites entre admiration et idolâtrie et sur les dangers de l’amour quand il devient trop obsessionnel. Le scénariste a donc imaginé une intrigue secondaire, avec cette relation a priori impossible entre une religieuse et un docteur qui va cependant trouver avec les mémoires de Jean Chapelet une sorte de miroir grossissant de leur propre histoire. Un récit intelligent et original. En un mot, de la belle ouvrage.

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com