archives BD

La femme accident (seconde partie)
Grenson/Lapière
aire libre

Nous retrouvons Julie sur le banc des accusés. Cette fois, l’heure du verdict a sonné et cette seconde partie retrace les années de jeunesse qui ont amené la jeune femme jusque là : en prison. Et c’est un peu comme si le lecteur prenait place aux côtés des jurés pour statuer avec eux sur son sort. Tâche bien difficile car deux versions se télescopent ici. Celle de la famille de Théo et de leurs avocats qui présentent Julie comme une fille violente, remplie de haine, qui a tué son amant. Et celle de Julie elle-même, jeune fille fragile délaissée par sa mère, qui a souvent trouvé refuge dans les bras des hommes et était prête à tout ou presque pour réussir…
Entre polar et drame psychologique, “La femme accident” est avant tout un portrait de femme. Une femme blessée et mélancolique qui va utiliser son pouvoir de séduction sur les hommes pour se sortir de la ville industrielle triste et sans avenir de son enfance. Une femme qui veut réussir, devenir riche er revenir triomphalement chez sa mère et son beau-père qui l’ont trop longtemps mise de côté.
Si le point de départ du récit était prometteur, sa réalisation s’avère un peu décevante. La narration est pourtant fluide et maîtrisée et le dessin aussi réaliste que précis mais l’ensemble est un brin trop sage et manque d’émotions. On suit le parcours de Julie à distance sans vraiment rentrer dans son histoire.
Une fin de diptyque qui se lit sans déplaisir mais sans surprise non plus. Certainement parce que l’on a déjà vu des portraits de femmes bien plus marquants, que ce soit au cinéma chez les frères Dardenne (“Rosetta” ou “Le silence de Lorna”) ou avec Davodeau (“Lulu, femme nue”).

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com