archives BD

Bouncer 7. Cœur double
Jodorowsky/Boucq
les humanos

“Cœur double” ? “Cœur d’artichaut” serait plus approprié car dans ce diptyque le Bouncer ne cesse de se faire mener par le bout du nez (pour ne pas dire par autre chose…) dés qu’une belle femme fait jouer les violons et lui sort le grand jeu. Ainsi, c’est d’abord l’institutrice qui lui promet son corps s’il parvient à arrêter les agissements de sa sœur, la veuve noire, qui a pour but de racheter toutes les terres des paysans, par la force s’il le faut, pour contrôler la région. Puis, c’est cette dernière qui le convainc de l’aider à racheter la ferme de son neveu Seth en lui faisant miroiter ses charmes…
Suite et fin de ce diptyque où Jodorowsky a décidé de transformer les hommes en petits chiens dociles guidés par une seule et unique chose : leur désir. Le Bouncer, Gallagher, le chirurgien et même Axe Head n’y peuvent rien : ce sont bel et bien les femmes, Evelyn et Carolyn en tête, qui font la loi et leur dictent leur comportement ! On l’a donc bien compris : c’est le sexe qui fait tourner le monde et, histoire d’enfoncer encore le clou, Jodorowsky parsème les paysages de nombreux rochers phalliques et d’interstices vaginaux…pour clore ce tome 7 comme il avait commencé : de façon loufoque.
Car si la série plante habituellement de façon très crédible (dessin réaliste de Boucq, scénario parfaitement documenté de Jodo) la conquête de l’ouest, on trouve quelques éléments un brin incongrus dans ce “Cœur double” : un manoir victorien au fin fond d’une gigantesque gorge, un homme avec une hache plantée dans le crâne (qu’il ne peut retirer sous peine de mourir) ou un savant fou au visage brûlé. Une sorte de western mâtiné de série Z ! Si l’on est capable de passer outre ces extravagances scénaristiques, alors on pourra apprécier l’inventivité de Jodorowsky, ses dialogues ici très inspirés (“Dans ma douce vallée, son cerisier ne s’est jamais épanoui” ou encore “sa flûte n’a pas de grelots”…) et son sens du rebondissement. Bref, un diptyque que la routine ne guette pas !

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com