archives BD

Putain de guerre ! 1917-1918-1919
Verney/Tardi
casterman

Les soldats sont hagards, leurs regards de plus en plus hébétés. Leurs troupes sont enlisées dans la boue froide des tranchées. Les couleurs de Tardi se font de plus en plus grises et tristes. Et le narrateur de déclarer : “la guerre nous brûlait les boyaux et, dans la puanteur de nos existences dérisoires, je me cramponnais à un espoir : rentrer à la maison ,qu’on la perde ou non cette guerre qui n’était pas la mienne”. Suite et fin de “Putain de guerre !”…
Le ton est donné et l’organisation du récit n’a pas changé : le déroulement des faits, précis et implacable, année après année, signé par l’historien Jean-Pierre Verney en deuxième partie et pour débuter le récit au découpage quasi-invariable en trois cases larges de Tardi qui nous donne à voir le panorama, si l’on peut dire, qui s’offrait aux poilus. Il n’y a pas de trame narrative à proprement parler dans “Putain de guerre !”, mais des tableaux, sortes de flashs hallucinés nous plongeant au beau milieu de la souffrance, des atrocités et de la folie guerrière. Une violence rendue avec grande justesse par le trait sans fioritures, brut de fonderie de Tardi.
Ce tome 2 clôt cette leçon d’histoire à la Howard Zinn qui nous met le nez dans ce que l’on ne voit pas habituellement dans les manuels scolaires : les tirailleurs sénégalais envoyés en première ligne plus souvent qu’à leur tour, les exécutions disciplinaires expéditives parce que l’on a chanté une ritournelle interdite ou volé du pinard, l’entêtement responsable et la bêtise des généraux, les dégâts sur les gueules cassées, les amputés et éclopés de toutes sortes…
Le dessin âpre et poignant de Tardi, sa lecture libertaire (“D’un général italien à un général français je ne savais lequel des deux il aurait fallu abattre en priorité”), la puissance de ses répliques (“Il espérait que ce bébé serait une fille pour ne pas porter les armes ou, si c’était un gars, qu’il soit mort-né”) et le ton cynique du récit en font un “plus jamais ça” qui marque l’esprit de façon indélébile. Une œuvre malheureusement toujours aussi nécessaire.
A noter que Casterman a également sorti une version avec dvd (d’une durée de 52 minutes) de ce tome 2, intéressant à double titre puisqu’il met un coup de projecteur sur des aspects peu connus de 14-18 (comme la guerre des mines) et propose de suivre une séance de travail de Tardi.

[sullivan]

 

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com