archives BD

Hélas
Spiessert/Bourhis
aire libre

1910. Forêt de Fontainebleau. Une équipe de renards braconniers est rassemblée dans une cabane de chasse. Ils viennent d’abattre un couple d’humains pour pouvoir mettre la main sur leurs petits, un garçon et une fille. Alors qu’ils sont en train de vendre leur prise à un porc-épic, la police intervient mais ne peut empêcher le trafiquant de s’enfuir avec son butin. Quand Feuille, la petite humaine, refait surface, c’est chez le tigre ambassadeur du Cachemire, qui l’exhibe avec fierté à l’occasion d’une soirée donnée chez lui. Ayant eu vent de la nouvelle, Fulgence, un cochon journaliste qui enquête sur le trafic d’humains, va faire tout son possible, avec Léopoldine, celle qu’il aime, pour réunir de nouveau Feuille et son frère.
Ce n’est bien sûr pas la première fois que la bande dessinée fait dans l’anthropomorphisme, "Black Sad" ou "Canardo" sont là pour en témoigner, mais peu d’œuvres, finalement, sont allées au bout de leur idée. Car quitte à choisir des personnages aux traits d’animaux, autant que ce soit dans un monde régi par les animaux ! Dans cette surprenante uchronie (le Paris représenté ici est tout à fait conforme à ce qu’il était à l’époque et la crue exceptionnelle de cette année-là historiquement véridique), les animaux veillent, au travers du "Comité de vigilance sur la question humaine ", à ce que les quelques hommes qui survivent continuent à se terrer dans les forêts et qu’ils n’asservissent jamais les autres animaux. Et aussi antipathiques les représentants de ce comité soient-ils, il est difficile, quand on pense à notre société actuelle, de leur donner tort. Et c’est là toute l’intelligence de "Hélas" . Car en inversant les rôles habituels, la fable, qui prend souvent des allures de polar, nous oblige, en fin de compte, à voir sous un autre angle la relation de l’être humain avec les autres animaux. Et le moins que l’on puisse dire est que l’on ne se sent alors pas vraiment fier, notamment quand on pense à la façon dont on abat cochons ou vaches, à l’organisation industrielle de l’élevage des poulets ou à certaines méthodes barbares de chasse ( à la baleine ou aux bébés phoques pour n’en citer que deux). Un récit habile et percutant.

[sullivan]

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com