archives BD

Lui
Peyraud/Djian
futuropolis

"Lui" est un huis-clos. Qui se déroule entièrement au bord de la mer, dans une villa dont l’architecture moderne donne l’impression qu’elle peut s’effondrer dans le précipice qu’elle surplombe d’un instant à l’autre. Lui revient de l’enterrement de sa mère. Il est bien sûr éprouvé. Mais elle lui fait une scène. Elsie, sa femme, n’a en effet pas apprécié les regards appuyés qu’il a lancés à Nicole, son ex-femme avec qui il a vécu 10 ans, lors de la cérémonie. Une scène dont il parvient finalement à se dépatouiller tant bien que mal quand Nicole déboule à son tour dans la maison pour lui assurer qu’elle sera là pour lui pourrir la vie jusqu’au bout après ce qu’il lui a fait. Puis c’est Laure, jolie voisine, qui passe à l’improviste pour raconter sa journée horrible passée au commissariat à répondre aux questions maladroites et même tendancieuses des policiers au sujet de son viol et lui fait des avances…A croire que ces femmes ne le laisseront jamais tranquille !
Si l’histoire commence par une banale scène de jalousie entre un homme et une femme, l’apparition subite de l’ex au beau milieu de la salle à manger alors que sa femme dort, complique tout à coup les choses. Qu’est-ce qui est vécu ? Qu’est-ce qui est fantasmé ? Où est le présent ? Et le passé ? Qu’est-ce qui est de l’ordre du souvenir ? Et de l’hallucination ? Difficile à dire puisque le cerveau dérangé du "héros" est tout sauf fiable. Solitude, culpabilité, désir, manque d’amour, faiblesse : tout se mélange dans sa tête et l’empêche désormais d’être en prise avec le réel. A tel point qu’il ne sait plus différencier qui est en lui ou en face de lui…
Petit à petit, au travers des dialogues ciselés omniprésents (à l’origine, "Lui" est une pièce de théâtre de Djian), s’apparentant parfois à de véritables joutes oratoires, et à la construction narrative rigoureuse de Peyraud (chaque partie a une signature graphique différente : noir et blanc, bichromie avec du vert, ou avec du orange), nous pénétrons cet esprit tordu qui parle d’amour, de sexe, de concessions, de jalousie pour finalement comprendre pourquoi il est en train de sombrer dans la folie. Une très belle adaptation de l’œuvre tragique singulière de Djian, véritable réflexion sur la difficulté des relations amoureuses.
[sullivan]