archives BD

Chez Francisque T.4 : Tout fout le camp
Lindingre/Larcenet
dargaud

Chez Francisque, c’est le troquet du coin. On y disserte sur les grands maux de la société, on argumente sur Sarkozy, le boulot et même, mais oui, sur l’amour… Mais on est bien loin du café philosophique car ici on refait le monde avec 3 grammes d’alcool par litre de sang. Au moins ! René, Maurice et consorts n’ont pas fait d’études, ils ne lisent pas et n’ont jamais voyagé mais ça ne les empêche pas de donner leur avis sur tout et n’importe quoi. Souvent avec aplomb, toujours avec mauvaise foi.
Larcenet n’utilise pas de cases pour mettre en scène ces dialogues absurdes comme si la bêtise de ces poivrots n’avait pas de limite. Le dessin est simple : notre homme ne s’embarrasse pas avec les arrière-plans ou trop de détails. Une table, deux personnages et deux verres, bien sûr !, suffisent. Son trait, vif et direct, rehaussé de quelques couleurs, est féroce et propose quelques trognes rougeaudes avec pifs souvent surdimensionnés, assez mémorables. Il est en fait aussi féroce que les textes de Lindingre sont cinglants.
En quelques dessins, le duo règle leur compte à ces énergumènes fachos, machos et même parfois homophobes. Et ça fait du bien ! Ce n’est finalement pas si fréquent que cela de voir des beaufs réacs recevoir les baffes qu’ils méritent. Le rire comme exutoire : voilà ce que le lecteur vient, lui, chercher, chez Francisque. A consommer sans modération !
[sullivan]