archives BD

La position du tireur couché
Manchette/Tardi
futuropolis

Tardi adore l'univers des romans de Manchette : on l'a bien compris ! Il aime cette façon que l'auteur avait de se balader dans un genre, le polar, tout en s'amusant, tel un gamin effronté, à malmener ses codes. On n'est donc pas surpris qu'il ait une nouvelle fois décidé de l'adapter avec "La position du tireur couché".
Le tireur en question, c'est Martin Terrier, tueur à gages depuis un bon paquet d'années pour Cox, un américain. Qui décide un beau jour de se retirer des affaires pour aller retrouver son amoureuse de jeunesse, à qui il avait promis de revenir la chercher 10 ans auparavant. Mais, bien sûr, comme souvent chez Manchette, rien ne va se passer comme prévu. Alice (la fameuse bien-aimée) ne l'a pas attendu. Cox, le donneur d'ordres, n'accepte pas d'être mis devant le fait accompli sans préavis. Et il retrouve Faulques, le conseiller financier à qui il avait confié son argent pour le faire fructifier, pendu. Bref, Terrier se voit contraint d'accepter un dernier contrat…
Le tueur à gages qui veut se ranger des voitures, l'histoire d'amour impossible, le héros seul contre tous, les contrats secrets : à première vue, le décor peut sembler familier. Pourtant, on est ici bien loin du glamour habituel du polar à l'américaine. Si Terrier est bon dans son métier, c'est tout simplement parce qu'il est foncièrement con et dénué de conscience. Son histoire avec Alice ? Bancale et promise à l'échec ! Il n'arrivera même pas à la baiser…Son plan de carrière consistant à se mettre de l'argent de côté pendant 10 ans avant de prendre une retraite dorée ? Une illusion.
Plus sombre que "La position du tireur couché" tu meurs ! La morale de l'histoire : quand on est de basse extraction, impossible d'en sortir, on le reste toute sa vie ! D'ailleurs si Terrier ne meurt pas dans les ordures comme le "héros" de "Griffu", sa fin est presque pire…Un désenchantement que Tardi sert une nouvelle fois idéalement de son dessin en noir et blanc si caractéristique.
Une autre adaptation d'un roman de Manchette, "Nada", est dans les tuyaux de l'auteur. Et ça c'est drôlement chouette !
[sullivan]