archives BD

Tony Chu 2 : Un goût de paradis
Layman/Guillory
delcourt

Tony Chu est agent spécial à la R.A.S. Dans ce tome 2, lui et son nouveau coéquipier, John Colby, sont nommés sur une affaire de cambriolage assez particulière : les voleurs ont en effet vidé tous les coffres de la Citizens'savings en laissant cependant un indice surprenant derrière eux : un gros tas de caca ! Une enquête dans les cordes des 2 hommes qui va rapidement les mettre sur la piste de David Graham, guichetier de la même banque, mais aussi d'un fruit étrange, le gallsaberry, dont le goût est absolument identique à celui du poulet (viande dont la consommation mondiale a été interdite suite à l'épidémie de grippe aviaire…)et qui va mener Chu jusque sur la petite île de Yamapalu, située dans le Pacifique…
"Tony Chu" n'a pas été récompensé d'un Eisner Award (celui de la meilleure nouvelle série) en 2010 pour rien : Layman et Guillory nous ont en effet mijoté là une série aux petits oignons comme on les aime. Au menu : un duo de flics vraiment pas comme les autres. A ma gauche : John Colby, mi-humain mi-Robocop depuis que les chirurgiens lui ont reconstruit la moitié du visage après qu'un hachoir soit venu se planter dans sa tempe droite lors d'une affaire. Une chirurgie plastique difficile à assumer mais qui comporte des avantages : une prise usb sur le côté du front qui lui permet de traiter directement les fichiers informatiques qu'il reçoit. A ma droite : Tony Chu, agent cibopathe, dont le don lui permet d'avoir des impressions extrasensorielles de ce qu'il ingère. Un pouvoir bien utile lorsqu'on est flic et que l'on peut savoir instantanément qui est le meurtrier d'une victime rien qu'en la "goûtant". D'où le nom de notre héros, Chu, à prononcer comme "chew" en anglais, "mâcher"…Mais ce don lui vaut aussi d'être méprisé par à peu près toute sa brigade, personne ne voulant faire équipe avec "le monstre cannibale", y compris par son chef, Applebee, qui s'est empressé de le mettre sur cette affaire de braquage quand il a appris que l'indice était une montagne de merde…
Scénario délirant et imprévisible au possible ; personnages truculents (car on n'a pas encore parlé des seconds rôles : le chef cuisinier Fatanyeros, qui a notamment traduit les œuvres de Shakespeare en cuisine, Nomi Haupai, gouverneur autoritaire de petite taille qui aimerait que son île soit reconnue dans le monde entier -il ne vous rappelle pas quelqu'un ?- ou Lin Sae Woo, agent de choc de l'U.S.D.A.) ; dessin typiquement comics qui ne s'en laisse pas compter avec un potentiel humoristique très fort (et des détails qui tuent…) ; rythme haletant : autant d'ingrédients qui font de "Tony Chu" un divertissement indéniablement goûteux. Espérons qu'il y ait bientôt du rab…
[sullivan]