archives BD

Féroces tropiques
Pinelli/Bellefroid
aire libre

L'homme est condamné à errer sur les mers. A l'écart des autres êtres humains. Non qu'il ait été rejeté par eux mais plutôt parce qu'il ne peut vivre parmi eux. Il raconte dans un long flash back toutes ses tentatives, autant d'expériences s'étant soldées par des échecs. Il faut dire qu' Heinz est né en Allemagne à la fin du XIXème siècle. Difficile lorsqu'on est à la recherche d'absolu, d'harmonie et de beauté de fermer les yeux sur les horreurs de la colonisation (le mot utilisé par les occidentaux pour désigner l'extermination de peuples) ou de pouvoir vivre avec la monstruosité de la guerre 14-18 ou la barbarie nazie. Impossible alors de se sentir à l'aise dans ce monde où violence et cruauté règnent. Impossible d'être l'artiste que l'on voudrait être et de laisser éclater, tels les fauves, les couleurs sur la toile alors que l'on n'a que tristesse et amertume en tête. Même retourner vivre en Papouasie, là où l'humain est encore resté "innocent", n'est plus possible. Car l'âme a été polluée, souillée. Voilà pourquoi Heinz a choisi la solitude de son bateau.
Pour son premier scénario de bande dessinée, le journaliste, romancier et spécialiste de bd Thierry Bellefroid livre ici un récit complètement hors normes et iconoclaste. Un portrait de l'artiste pris dans la tourmente du XXème siècle et contraint de s'exiler pour tenter de rester sain d'esprit. L'errance d'un homme qui n'aura finalement cessé de fuir la bêtise des hommes. Une quête artistique continue, comme un dernier rempart contre la folie, véritablement portée par le magnifique travail pictural de Joe Pinelli -des peintures expressionnistes tendues et torturées.
Très pessimiste sur la nature humaine, "Féroces tropiques" est une œuvre sombre et difficile (parfois à la limite de la lisibilité tant le trait est tourmenté), au style littéraire et à l'orientation philosophique assumés, réellement transcendée par la transposition graphique impressionnante de Pinelli, véritable reflet de l'aliénation de Heinz. Une œuvre exigeante dont la démarche radicale ne parlera pas à tout le monde mais précieuse parce que rare et sans concessions.
[sullivan]