Skip to content Skip to footer

LA BANDE DESSINEE EN FRANCE A LA BELLE EPOQUE (Groensteen)

ESSAI. Les Impressions Nouvelles ne sortent pas beaucoup de bandes dessinées mais la maison belge se pose, depuis bon nombre d’années, comme le plus important éditeur de livres portant sur la bande dessinée. Il en fait une nouvelle fois la démonstration avec La Bande dessinée en France à la belle époque, rédigé par Thierry Groensteen, spécialiste incontournable du neuvième Art, à qui l’on doit déjà nombre d’ouvrages sur l’histoire de la BD dont M. Töpffer invente la bande dessinée ou encore La Bande dessinée, son histoire et ses maitres. Fruit d’un travail de recherche considérable, ce nouveau livre se concentre donc sur la Belle époque, période rarement étudiée par les experts. Organisé en 19 chapitres thématiques, La Bande dessinée en France  à la belle époque dresse un panorama très complet qui traite des dessinateurs les plus célèbres entre 1880 et 1914 (comme Caran d’Ache, Christophe, Rabier -à qui l’on doit le canard Gédéon, O ’Galop, Robida ou encore Forton, qui créa Les Pieds Nickelés), des personnages les plus en vue (ajoutons à ceux déjà cités la famille Fenouillard, Bécassine ou encore les archétypaux Pierrot, Tartarin ou Monsieur de Crac repris par nombre d’artistes) sans oublier les illustrés les plus populaires de l’époque (L’Eclipse, Le Chat noir, Courrier français, Fantassin, La Vie drôle…) qui publiaient, au sein de leurs pages, d’abord caricatures et bientôt feuilletons dessinés. Groensteen aborde aussi les thèmes préférés des dessinateurs (fables animalières, parties de pêche, scènes de cirque, scènes de la vie militaire, avec des visées humoristiques ou pédagogiques avec une morale en guise de conclusion et, plus tard, quand les moyens de locomotion seront en plein essor, les voyages), explique comment le gaufrier de 6 cases que l’on connaît actuellement est apparu, comment les bulles remplacèrent (non sans mal en France car on voulait garder la prédominance du texte, souvent de gros pavés, sur l’image) les légendes sous les images ou revient sur les genres en vogue à certains moments : les histoires muettes (dont le fameux Caran d’Ache s’était fait une spécialité), la bande dessinée animalière (avec Rabier) ou les dessins d’ombre. Avec un fil rouge : montrer comment la bande dessinée a évolué avec son temps.

Très documenté, superbement illustré (le livre propose des pages qui n’avaient pas été publiées depuis un siècle !), c’est l’ouvrage de référence sur la BD à cette époque. Touffu (l’ouvrage se veut exhaustif) par moments, il ravira cependant les passionnés d’Histoire de la BD !

(Essai, 192 pages – Les Impressions Nouvelles)

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.