BASEMENT
"everything gets distorted"

(interference)
Pour les moins de vingt ans, Basement ne doit pas évoquer grand-chose, mais pour ceux qui ont connu les heureuses années 90, et leur fléau noise, le retour des Libournais ne peut laisser insensible. Basement possèdent le bon goût de cette période ; ils semblent connaître l'histoire de labels comme Touch'n'Go, Amphetamine Reptile ou Dischord sur le bout des doigts. Et si le quatuor devait difficilement supporter une place d'outsider remarqué à l'époque, je peux vous certifier que ce "evertyhing gets distorted" replace les choses à leur place. Basement assurent et montre aujourd'hui la voie, tout en continuant à opérer dans un style qu'ils affectionnent depuis plus de 10 ans. Derrière une pochette qui rappelle certaines productions Dischord, le groupe livre un album digne des grands. Les guitares sont superbes. Qu'elles évoluent dans des sphères noisy, des rythmiques complexes ou des arpèges angoissants, elles apportent une dimension impressionnante au disque. Côté rythmique, on joue serré, sans faux pas, en sachant lâcher les chevaux quand il le faut… Technique sans en faire trop, bruyant sans se perdre. Le duo basse-batterie impose un style puissant et carré qui tient les morceaux. Et la production de Nicolas Dick (Kill The Thrill), même si assez froide, colle parfaitement aux ambiances, rendant l'ensemble assez énorme. Le seul bémol, lié au style, est cette fibre mélodique qui fait que Libourne restera en France, et ne viendra malheureusement pas se coller en banlieue de Chicago ! Mais peu importe, Basement vient de nous livrer ici l'un de ses plus beaux coups et nous en profitons !
[mg]

••• Voir aussi : Condense, Portobello Bones, Barkmarket, Kepone, Tantrum

 

 




www.basement-dept.com

> disque disponible dans notre boutique

THESE ARMS ARE SNAKES
"easter"

(Jade Tree)
Ami(e)s lectrices, lecteurs.
Selon ma théorie, un groupe de la veine de TAAS ne peut sortir qu'un seul 'chef-d'œuvre' dans son existence vouée forcément à être courte… J'aurais parié mon chalet sur 'Oxeneers', leur excellent premier vrai jet et… je serai déjà en train de dormir le long d'un quai parisien sous une tente 'à fond la forme'. C'est du concentré de venin qu'ils boivent au petit déj qui les rend aussi bons ou bien c'est la pluie incessante de Seattle qui les oblige à rester des journées entières dans leur local de repète et à bosser comme des dingues leurs superbes compositions ? Passons en revue cette jeune équipe à la gueule d'étudiants érudits et aux mèches longues, nonchalantes mais assurément talentueuses. Vocals: Steve Snere: c'est d'abord une écriture riche, des textes personnels, mordants, complexes et beaux appuyés qu'ils sont par une puissance et une sensibilité vocales très touchantes… du genre faussement emo; parfaite! Bass and Keyboards: Brian Cook (ex-Botch): mon bassiste ce héros. Cette grande perche a un son de basse inimitable (lourd, gras et et technique) et puis il triture tellement à merveille ses claviers, ses consoles... Sans cette touche 'electro' TAAS ne serait que TAAV (V is for Vipers). Pigé ? Ces serpents et leur musique post-hardcore torturée mais génialement construite s'insinuent et se lovent dans les recoins de votre cerveau dans l'unique but de vous vous charmer. Drums: Chris Common : nouveau venu et en plus producteur de cet album, pas mal... surtout que le type a haussé le niveau de jeu. Technique aussi et redoutablement efficace. Guitar: Ryan Frederiksen: les lignes aériennes qui par leur portée mélodique hautement émotionnelle donnent une ampleur phénoménale à l'ensemble. La guitare joue sur de multiples registres et elles savent aussi se faire discrètes...intelligentes je vous dis. Vous voulez que je vous dresse la liste des brûlots indispensables de cette nouvelle galette ? Vous avez encore un quart d'heure à consacrer à cette kronik ? Non ? C'est sûr , vous perdrez moins votre temps en allant aussitôt acheter ce petit bijou... Un dernier conseil: prenez le temps de bien l'explorer car il est sans aucun doute bien plus subtil et travaillé que le précédent. Vous verrez, vous ne pourrez plus vous passer de son étreinte… Serrez-moi encore plus fort.
(chRisA)

••• Voir aussi : At The Drive In, Kill Sadie, Blood Brothers

 





www.thesearmsaresnakes.org

BELONE QUARTET
"les prémices de la béatitude
naissent de l'amertume"

(kythibong)
Avec son pseudonyme pour jazzeux et son titre à faire fuir mes amis bikers (ils ont jamais trop aimé la belle écriture, mais amis bikers), les gars ont tout fait pour nous dérouter. Heureusement, le quartet n'est qu'un duo et leur titre poético-emo cache en réalité onze chansons sombres et inspirées que nous aurions eues tord de ne pas écouter. Car ces deux Nantais seraient plutôt du genre fan de Black Heart Procession, et leur univers mélancolique n'est pas pour nous déplaire. Si la marque des maîtres de San Diego est omniprésente (même genre de mélodies vocales touchantes), Belone Quartet essaie de se l'approprier avec finesse. L'approche est plus froide, les sons moins organiques ; certains y verront même quelques escapades du côté des années 80 ("Top 5" par exemple) ou vers les montées plus noisy de Three Miles Pilot (vous remarquerez qu'on ne s'en va pas bien loin). Alors, on sent peut-être un peu trop le travail sur ordinateur, mais cela leur permet de se détacher de leur influence principale, et ce n'est pas un mal. Ceci dit, ils ont beau faire des efforts, c'est bien ce spleen insoluble qui ressort, ce genre de mélodies qui vous mettent le moral à zéro et vous donnent inévitablement envie de repenser à votre grand-père que vous aimiez tant ! Putain de connerie de disque, encore une journée de foutue ! Non, je rigole, car j'aime bien ce genre de délire à faire pleurer mes amis bikers (encore eux), et même si il y a encore quelques efforts d'ouverture à fournir, l'exercice de style est rondement mené. Et si j'allais fleurir la tombe de pépé moi !
[mg]

••• Voir aussi : Black Heart Procession, Three Miles Pilot

 




JOE LALLY
"there to here"

(Dischord)
Eté 1986, Joe Lally, alors roadie du groupe Beefeater, revient d'une tournée américaine. Il évoque à Tomas Squip le fait qu'il aimerait jouer de la basse dans un groupe. Au même moment, Ian McKaye, tout juste sorti de l'implosion d'Embrace, cherche de son côté un bassiste. Coïncidence. Alors qu'Ian se met pour la première fois à chanter tout en jouant de la guitare, Joe lui pratique et apprend à dompter sa basse. L'histoire, comme un tapis somptueux, se déroule. Avec Brendan Canty et Guy Picciotto, ils formeront Fugazi, l'un des combos punk les plus influents de la scène underground américaine. 8 albums après...et une parenthèse qui n'en finit plus de durer pour le groupe de Washington DC. 20 ans plus tard, Joe Lally sort son premier album solo. Discrètement, comme à son habitude, il nous dévoile un peu plus son univers et ses aptitudes de songwriter. Humilité, sobriété et simplicité comme lignes directrices. L'homme et le musicien ne surprennent pas. Sur ces treize plages, on retrouve la voix posée et douce qu'on lui connaissait déjà sur les morceaux 'by you' ("Red Medecine") et 'the kill' ("The Argument"). Ses lignes de basse paraissent ici moins complexes, moins fouillées qu'avant. Plus simples donc mais avec une vibrante résonance qui confère à l'ensemble un groove assez hypnotique. Sensible depuis toujours au dub, au reggae, au rock, au blues comme au jazz, Joe Lally laisse filtrer ses influences pour ne retenir que des lignes et mélodies épurées et parfois même trop banales. L'homme a su s'entourer de musiciens et surtout d'amis qui partagent les mêmes valeurs et la même vision musicale. Jerry Busher, Amy Farina, Danny Frankel, Eddie Janney, Jason Kourkounis, Ian McKaye, Guy Picciotto et Scott 'Wino' Weinrich se fondent et servent à merveille ses compositions. Sans coups d'éclat. Dans la justesse de leurs propos. Le parolier fait couler une belle écriture, fluide, riche en images et toute en sensibilité. Le 'sons and daughters' chanté a capella sur le thème de ce que le mot 'guerre' signifie vraiment est non seulement un excellent plaidoyer pour la paix mais il montre encore une fois de plus toute la conscience 'politique' d'un homme ou d'une communauté toute entière bien encline à voir la musique autrement que sous le seul regard de l'entertainment. Toute l'équipe Dischord est là: Don Zientara, Ian McKaye, Chad Clark, Jason Farrell. Un album solo donc...mais en famille. Une famille et une amitié qui donnent toujours autant de plaisir à voir et à entendre. Un argument fort qui vient contredire, une fois de plus, tous ceux qui pensent que le label n'est plus ce qu'il était... Joe Lally ne sera peut-être jamais aussi bon que lorsqu'il joue avec ses comparses de Fugazi mais son travail est suffisamment honnête et riche pour nous faire passer de bons moments. Paisibles et calmes.
(chRisA)

 

 




www.joelally.com

LE SINGE BLANC
"strak!"

(keben / magdalana)
Autrefois, le grand public a pu faire une expérience cosmique avec Magma, aujourd'hui, le public noise peut retenter l'expérience avec Le Singe Blanc ! L'animal vient de Metz et nous livre ici un album bien perché ! On sent bien que la bestiole se nourrit de noise, comme vous et moi, certains passages le prouvent, mais pas facile de garder le singe dans sa cage ! Pas de guitare, deux basses, un chant complètement halluciné s'exprimant dans un langage inventé, des structures abracadabrantes, Le Singe Blanc nous refait le coup de l'expérience psychédélique ! Plus classique qu'un Residents, mais plus barré qu'un Nomeansno en somme ! Musicalement, les basses saturées retombent régulièrement sur des chemins balisés (par un grand nombre de groupes lyonnais notamment), mais le chant ne peut s'empêcher, noyé dans sa réverb martienne, de tirer l'ensemble vers un trip hallucinogène ! Tant mieux, car si cela peut surprendre à la première écoute, cette touche d'originalité permet à l'album de sortir du lot de disques consensuels qui sortent ces dernières années… Et même si le disque n'est pas du genre facile d'accès, et qu'il peut devenir irritant par moment à force d'en faire beaucoup, on ne peut que saluer cette mise en danger particulièrement habile.
[mg]

••• Voir aussi : Nomeansno, Magma, Double Nelson, Residents, Sabot

 







MCLUSKY
"mcluskyism"

(Too Pure)
La Grande-Bretagne a toujours été une terre fertile pour la culture de pousses de poppeux. Fait avéré. Mais en matière de rock bruyant au regard bien noir...c'est une autre paire de manche. Trois gallois. McLusky. Un nom qui sort des frontières du pays du poireau. Deux albums sous la lumière du travail du big boss de l'Electrical Audio studio, Steve Albini. Des tournées. Un split. Banal ou pas, McLusky se sera fait entendre...mais peut-être pas assez pour rencontrer le succès malheureusement. Ce coffret à titre posthume, composé de trois cds, est le point final d'une aventure électrique de haute facture. Le cd 'a sides' fait figure de 'best of' avec les mega hits comme 'lightsabre cocksucking blues', 'to hell with good intentions' ou bien 'without msg I am nothing'. On a déjà transpiré là-dessus, on passe et on s'attaque aux deux autres rondelles estampillées unreleased. Et là on mouille le t-shirt du jour. Car McLusky a un effet immédiat ou pas. Celui de réveiller le punk rocker qu'on est ou alors qu'on n'a jamais été. Rock braillard aux textes caustiques, aux guitares souvent mélodiques et à la rythmique boîte à claques. Ca joue les trouble-fête dans la cour des Pixies, Nirvana, Shellac, Kepone and co...et on ne boude pas notre plaisir. Le 'b sides' s'avère excellentissime au point de prendre à nouveau conscience que ce groupe avait du potentiel, de la réserve. Les gallois s'essayent à tout avec talent, humour subtil et coups de gueule...devaient bien s'entendre avec Mr Albini et John Peel ces trois là. C'est toujours direct, spontané et sans chichi. Il y a une grosse énergie mais aussi beaucoup d'émotions (trop de titres à mentionner…). La vérité dans la sueur. 22 titres qui n'ont rien d'amuse-bouches. Le 'c sides' est un poil moins bon mais il y a tout de même quelques tueries ('cradling' est ma préférée) avant d'offrir 9 titres en live qui donnent toute la mesure de ce que le groupe pouvait dégager. Au final on se dit qu'on tient un très bon document bourré d'humilité, de sincérité et d'une ferveur punk rock qu'on aimerait encore trouver plus souvent. A l'heure où tout le monde se reforme, Andy Falkous et ses compères tirent le rideau. Bravo messieurs et merci...l'avenir de McLusky se jouerait maintenant dans The Future Of The Left… une autre histoire commence.
(chRisA)

••• Voir aussi : Pixies, Shellac, Kepone

 




www.mclusky.net

AUDREY
"visible forms"

(sinnbus)
Audrey, c'est un peu cette jeune fille du fond de la classe que peu de gens remarquent, mais qui vous intrigue avec son air un peu absent. Elle est différente, loin des modes, pas vraiment rebelle, juste dans son monde… Elle regarde souvent dehors en pensant à ailleurs. C'est une rêveuse. Et quand elle parle, plutôt doucement, elle vous entraîne facilement dans son monde… Quand je la vois, j'imagine qu'elle doit bien aimé Coco Rosie ou Laura Veirs, en trouvant cela trop convenu bien entendu… elle dira préférer For Carnation ou les Rachel's et leurs ambiances plus sombres. Pas de soucis, nous on l'aime bien Audrey et son monde abstrait, même si parfois on aimerait qu'elle sorte un peu de ses rêveries pour aller danser avec nous sur des rythmes endiablés, qu'elle sorte un peu de sa torpeur pour aller shooter dans des poubelles… mais ce n'est pas son style. Audrey est plutôt sage et douce, même si tourmentée, et c'est comme ça qu'on l'aime… Oh, je vous ai dit qu'Audrey avait quatre visages, huit bras, et qu'elle était suédoise ? Il faudra que je vous en reparle une prochaine fois…
[mg]

••• Voir aussi : Laura Veirs, Rachel's, Coco Rosie, For Carnation, Papa M

 

 


www.audrey.se

VOLT
"Rorhart"

(exile on mainstream / southern)
Le premier album des allemands de Volt ne laisse aucune place à l'espoir ou à la gaieté, deux sentiments bannis des dictionnaires du groupe. Leur noise rock est sombre, dure, lourde et aride. Pas là pour plaire les gars… Pas de compromis. Les structures sont alambiquées, les rythmes complexes, mais avant tout, l'énergie est destructrice et malsaine. On pense bien entendu à Jesus Lizard, sans pour autant être clairement identifiable… juste une même attitude rampante et angoissante, et cette envie d'en découdre, de bouffer du politiquement correct… Volt se veut malsain, n'hésitant pas à provoquer l'auditeur, jouant parfois avec l'esprit perturbé des premiers Today is the Day (en plus rock)… Le chant est malheureusement moins inspiré, et cela ne permet pas aux structures de retrouver un fil conducteur… Du coup, à force de trop tirer sur la corde, le groupe risque de perdre quelques auditeurs en route, mais ceux qui viennent ici savent à quoi s'attendre. D'un autre côté, si les allemands n'ont pas toujours le charisme des grandes références, ils possèdent une énergie très rock, qui permet au disque de tenir, ou au moins, de ne pas se perdre trop vite. Bref, si l'album peut devenir indigeste dans son ensemble, il n'en cache pas pour autant d'excellents moments que les amateurs de noise rock sauront reconnaître. Tient, pour l'anecdote, on me fait même remarquer que le riff du début de "Stativ" est le même que celui d'un morceau de Pregnant sorti à l'époque… c'est drôle. Au final, nous avons affaire à un album loin d'être parfait, peut-être un peu long, mais contenant quelques perles qu'il serait dommage d'ignorer.
[mg]

••• Voir aussi : Jesus Lizard, Today is the Day

 

 


   

Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau & Natasha Herzock
51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France

positiverage@hotmail.com

 

<< home
<< reviews