Voici une liste de disques que nous avons aussi reçus mais qui n'ont pas retenu suffisamment notre attention pour les décortiquer en détail. Ceci étant dit, certains méritent vraiment votre attention… d'autres par contre…

JENNIFER "silesia" (monotreme) : Jennifer est une jolie fille, plutôt sympa. Mais elle manque terriblement de fun. Ce groupe parlera sans doute aux amateurs d'indie-pop à la Knife, mais pas trop aux autres. Un peu trop fade et romantique (malgré les intentions du batteur de relevé le tout).

LES PELVIS ENRAGES "il était ma sœur" (RRG) : Drôle de bêtes que ceux-là. Rock déviant, noise, un poil expérimental, toujours sous psychotrope. Franchement intéressant. Côté chant, on tape dans le texte déclamé en français. J'ai plus de mal. Tendance semi-poétique, pas vraiment musical. Je reste très mitigé. Dommage car la musique assure (ah, si tout le disque avait pu être comme la piste 4).

JOOKABOX " the eyes of the fly" (Asthmatic Kitty / Joyful Noise) : Electro-rock de type fourre-tout pouvant faire un peu penser à TV ON THE RADIO et à ICY DEMONS. Dix titres à la trajectoire d'un vol de mouche. (chRisA)

BURNING HEADS "spread the fire" (opposite prod) : Autant être honnête, je n'écoute plus les Burning Heads. Mais j'ai un grand respect pour eux. Toujours là depuis le début des années 90, avec toujours la même passion. Même si la mode est passée. Tant mieux. Plus rien à prouver. Le groupe revient aux sources (sur son propre label). Celles de ce punk hardcore gavé de mélodies pour skaters. Même l'accent est aussi limite qu'autrefois. Respect.

WONDERFLU "lota schwager" (autoprod) : Avec le retour de Pavement sur scène, on se doutait que l'indie rock américain allait avoir une nouvelle jeunesse. Et Wonderflu aimerait en être son représentant, en tant que bon élève, reprenant parfaitement les codes des Pixies et de Pavement (ajoutons Sonic Youth pour certains passages). C'est très bien fait (ce qui n'est pas fréquent), mais si vous possédez les albums des maîtres, ça n'apporte malheureusement pas grand chose.

JACK AND THE BEARDED FISHERMEN "hunting isn't easy… when dogs become wolves" (vouh voue) : Un beau specimen de Stoner français. Les riffs de guitares assurent, l'ambiance est bien noisy (ils citent, à juste titre, autant Kyuss que les Melvins), la hargne et les mélodies sont au rendez-vous… que demander de plus ? Il manque peut-être parfois la petite étincelle qui ferait décoller le truc mais en général, l'album tient bien la route. Stoner rules !

FAIRGUSON "Tales from the 47 willows" (coco records) Arrangements riches (peut-être un peu trop parfois), morceaux bien écrits, chant en anglais très juste : malgré quelques longueurs, les amateurs goûteront cet album de pop-folk qui navigue entre Neil Young, Sparklehorse (les meilleurs moments) et Americana. [sullivan]

SIMON CHAINSAW "eight times lucky" (kicking rds) : 10 ans d'activité du bonhomme. 2 titres de chaque album (8 en tout). Simon, c'est le vieux de la veille, le gars qui nous renvoie au punk rock d'origine, parfois bien plus rock que punk, avec cette touche australienne (et un quelque chose des Foo Fighters). Ajoutez quelques titres sur les pas de Motorhead en sus. Malheureusement, ça c'est le bon côté, le mauvais, c'est que Simon n'a pas une super voix et qu'il nous ramène avec ce bon côté un paquet de classic rock lourdingue accroché à ses santiags… Dommage…

CHIPS "demo" (autoproduction) : De bonnes bases pour ce duo basse/batterie breton. On navigue en pleine noise façon AmRep, dans laquelle la saturation est reine. Mais à trop user des ficelles, on use un peu l'auditeur. En dehors de ça, rien à redire. C'est du classique, et ça fonctionne.

LES RAMONEURS DE MENHIRS "amzer an dispac'h!" (coop breizh) : Deuxième album pour les bretons insoumis. Toujours quelques souvenirs des Bérurier Noir ("Blanche Hermine" reprenant à leur sauce "Mineur en Danger" des Bérus), mais difficile de résister au biniou et à la langue bretonne. Qu'est-ce que ça peut me taper sur le système ! Désolé, la reprise de Tromatism ("Auschwitz Planète") ou de Sham 69 ("if the Kids are United", déjà repris avec les Bérus) n'y changeront rien. La classe des premiers Bérus (ou de Guernica) a définitivement disparue… Mais bon, je reste quand même heureux de voir ces vieux passionnés ne pas baisser les bras…

TOUNDRA "s/t" (basement apes) : Vous avez remarqué comme tous les groupes de post-rock à tendance metal moderne sonnent de la même façon ? Toundra viennent d'Espagne, mais pourraient venir de Suisse ou des Etats-Unis, nous aurions le même disque. C'est nickel, sans rien qui dépasse, froid comme le glacier sur la pochette. Rien à redire, mais qu'est-ce qu'on m'emmerde.

LE DEAD PROJECT "ailleurs d'où je sèche" (autoprod) : Si le rock (emo? screamo?) de ces parisiens touchent à de bonnes choses, notamment au niveau des guitares, je garde un blocage total avec le chant en français, gras et vilain comme tout. Du coup, impossible de rentrer dans leur skeud… désolé.

JIM MURPLE MEMORIAL "à la recherche d'un son perdu" (murple & cie) : J'ai toujours eu un faible pour le rock steady des Jim Murple. Mon petit pêché mignon. Malheureusement, ce nouvel album marquera mon divorce avec les parisiens. Leur son s'aseptise jusqu'à venir titiller Pink Martini quand il teste le français ("Tourbillonne mon cœur" est un hymne de variété abominable). Bref, encore quelques bonnes vibrations ici ou là, mais beaucoup trop de déception. Je préfère revenir aux origines et les laisser chercher le succès sans moi.

JORGE BERNSTEIN & the PIOUPIOUFUCKERS "Meet the real bernstein" (super apes) : Ses poussins brestois nous balancent un excellent garage rock dans la plus pure tradition du style, avec une attitude bien punk. Ça envoie furieusement, rendant hommage aux meilleurs spécimens rock'n'roll, avec quelques jolies retombées mélodiques digne des combos pop des sixties. Rien de neuf sous le soleil, mais la rencontre avec les Bernstein s'avère particulièrement jouissive !

RECIFE "Doldrums" (dead bees) : 13 morceaux d’indie-pop-folk aux accents parfois légèrement noisy. Pas vraiment ce que l’on écoute ici (le chant est transparent et certains passages sont proches du mièvre) mais on ne peut que reconnaître une certaine qualité d’écriture même si "Doldrums" a tendance à se disperser. [sullivan]

THE BITTER TEARS "Jam Tarts in the Jackehouse" (Carrotr Top) : Ça commence avec un bon titre aux vagues intonations blues / country, mais l'album s'enfonce ensuite dans une indie pop plus traditionnelle. De bons moments mais une impression d'ennui sur l'ensemble.

 

>> rubrique réalisée par [mg] sauf annotations contraires

 


 

Suite au trop grand nombre de disques reçus, certains, trop éloignés de nos choix éditoriaux, seront tout simplement écartés et n'apparaîtront même plus dans la liste ci-contre.

 

MISE AU POINT
C'est toujours étrange de voir comme les gens peuvent réagir à nos chroniques ! Nous avons reçu plusieurs emails de quelques personnes fort mécontentes du jugement expéditif de nos mini-chroniques, surtout parce que nous venions d'émettre un avis négatif sur leur groupe… Pour ces quelques rares cas, j'aimerais revenir sur certaines règles de ce site. Nos chroniques sont avant tout SUBJECTIVES, et nous le revendiquons. Qui peut prétendre émettre un avis objectif sur un art qui touche avant tout la sensibilité et l'émotionnel ? Nous l'avons toujours réclamé, nous ne voulons pas contribuer à dire que tout ce qui sort est bon, indépendant ou pas. Vous trouverez un logo dans la rubrique des mini-chroniques : Stop The Hypocrisy Movement ! On ne peut être plus clair ! Alors c'est vrai que les mini-chroniques sont souvent expéditives et primaires, mais c'est le principe de cette rubrique. J'aime ou je n'aime pas, juste un avis personnel. Maintenant, nous n'avons jamais jeté à la poubelle un groupe qui répondait un tant soit peu à nos critères. Mais qui sont ces gens qui viennent hurler au scandale et au boycott de notre site sans même daignier visiter nos pages avant de nous envoyer leurs productions ? Qui peut prétendre avoir lu positiverage.com en nous envoyant du néo-metal, de la variété ou du rock festif ? Vous sauriez ce qui vous attend ! Libre à vous de ne pas nous envoyer vos disques. Ne venez pas chercher ici ce que vous trouverez dans les magazines sujets à des pressions mercantiles et à une bonne conduite… Nous sommes libres, insolents et définitivement passionnés, tout comme l'est la musique que nous aimons. Heureusement, vous êtes toujours plus nombreux à sembler aimer cette sincérité alternative !
Merci à vous…
[mg]