CLOUD NOTHINGS Last Building Burning

ALBUM. Rythmique punk enlevé, riffs de guitare hargneux, chant vindicatif : c’est tout sauf un hasard si Cloud Nothings a décidé d’ouvrir leur nouvel album avec ce On An Edge furieux. Comme si le groupe américain avait eu envie de remettre les pendules à l’heure et de rappeler que malgré les penchants plus pops et mélodiques

CLOUD NOTHINGS Life Without A Sound

Comment faire du bruit joliment? Cela fait quelques décennies que les groupes d’indie-rock se sont penchés sur cette équation, certains se cassant les dents dessus, d’autres parvenant à la résoudre avec talent. Cloud Nothings fait partie de ceux-là. Depuis 3 albums maintenant (on ne compte pas le premier, plus pop, que Dylan Baldi avait bricolé

CLOUD NOTHINGS Here And Nowhere Else

N’y allons pas par 4 chemins : la claque que l’on avait prise il y a de cela 3 ans lors de la sortie de « Attack On Memory » était telle que l’on attendait avec une vraie impatience son successeur. Et après son Grand Bond musical précédent (son approche, avant l’album cité plus haut, était nettement

CLOUD NOTHINGS Attack On Memory

J’étais passé à côté du premier album de ce groupe de Cleveland et vue la qualité de ce « Attack On Memory », je m’en mords un peu les doigts maintenant. En fait, dés le premier morceau, on sait que l’on va prendre une grosse claque. « No Future/No Past » a en effet tout du tube indé ensorcelant