LE RAPPORT W Infiltré à Auschwitz (Nocq)

BD. Le rapport W. W pour Witold. Nom de famille : Pilecki. Un membre de l’armée secrète polonaise, constituée dés la chute de Varsovie pour résister à l’envahisseur allemand, qui se porte volontaire pour rentrer dans Auschwitz à l’été 1940 afin d’y monter un réseau clandestin capable de déclencher une insurrection dans le camp à moyen

ON MARS 2. Les solitaires (Grun/Runberg)

BD. Jasmine a finalement décidé de rejoindre l’église syncrétique nouvelle. Non qu’elle soit devenue subitement croyante mais tout simplement parce qu’elle a compris que le groupe religieux et son chef spirituel Xavier Rojas étaient les plus à même de l’aider à survivre dans ce pénitencier ultra-violent de Mars où elle a été condamnée à passer

TER 3. L’imposteur (Rodolphe/Dubois)

BD. Mandor a réussi à mener à bien sa mission : mettre les « extérieurs » à l’abri à l’intérieur du vaisseau alors que tout s’écroulait au dehors. Mais ils n’arrivent pas vraiment au bon moment : une partie des membres du vaisseau, ceux que l’on appelle les intégraux, est entrée en conflit avec les autres et a même

TER 2. Le guide (Dubois/Rodolphe)

« Alors sortira un homme des entrailles de TER qui montrera à tous le chemin à accomplir…Il n’aura ni biens, ni vêtements, et son seul langage sera celui du silence »: ainsi les psaumes sacrés annoncent-ils l’arrivée du messie de TER. Alors quand Mandor débarque de nulle part, ne sachant parler leur langue, beaucoup des habitants de

TER 1: L’étranger (Dubois/Rodolphe)

C’est en s’adonnant à son occupation favorite -piller des tombes du côté des grandes carcasses- que Pil tomba un jour sur Mandor. Nu, muet et sans aucun souvenir, personne ne le connaissait dans les villages environnants. Pil décida de l’héberger chez lui, avec l’accord de sa sœur Yss, et de lui apprendre à parler. En

IROQUOIS (Prugne)

Nouvelle France, juillet 1609. Samuel de Champlain a réussi à construire une relation de confiance et de respect avec Hurons, Algonquins et Montagnais. Il faut dire que le royaume de France a tout à y gagner : le commerce très lucratif des peaux de castors (qui s’échangent contre des haches, des clous ou des marmites…) n’est