CLOUD NOTHINGS Last Building Burning

ALBUM. Rythmique punk enlevé, riffs de guitare hargneux, chant vindicatif : c’est tout sauf un hasard si Cloud Nothings a décidé d’ouvrir leur nouvel album avec ce On An Edge furieux. Comme si le groupe américain avait eu envie de remettre les pendules à l’heure et de rappeler que malgré les penchants plus pops et mélodiques

SUPERCHUNK what a time to be alive

ALBUM. L’élection de Trump a au moins eu cet effet positif : celui de donner envie aux artistes de créer et collaborer pour s’opposer par leurs œuvres. What a Time to Be Alive et son titre explicite s’inscrit dans ce mouvement global anti-Trump puisque son élection a poussé Superchunk à se remettre à composer plus

CLOUD NOTHINGS Life Without A Sound

Comment faire du bruit joliment? Cela fait quelques décennies que les groupes d’indie-rock se sont penchés sur cette équation, certains se cassant les dents dessus, d’autres parvenant à la résoudre avec talent. Cloud Nothings fait partie de ceux-là. Depuis 3 albums maintenant (on ne compte pas le premier, plus pop, que Dylan Baldi avait bricolé

TURBO PANDA s/t

On ne pouvait pas ne pas parler de ce premier EP (livré dans un joli digipack pliable fait main !) de Turbo Panda. Déjà parce que c’est la première sortie (en collaboration avec La Machine Folle) de l’I Am A Lungfish Song Records de l’ami Chris. Mais aussi, et surtout, parce que le groupe du Mans

BOB MOULD Beauty & Ruin

Pour être tout à fait franc, cela faisait quelque temps que je n’avais pas vraiment réécouté Bob Mould. Depuis l’après Sugar et les expériences electro/dance pas vraiment convaincantes de notre homme qui s’en suivirent, je pense. Depuis quelques années, Bob Mould sort de nouveau ses albums sous son propre nom. Et c’est visiblement bénéfique car

CLOUD NOTHINGS Here And Nowhere Else

N’y allons pas par 4 chemins : la claque que l’on avait prise il y a de cela 3 ans lors de la sortie de « Attack On Memory » était telle que l’on attendait avec une vraie impatience son successeur. Et après son Grand Bond musical précédent (son approche, avant l’album cité plus haut, était nettement

TAKE WARNING s/t

Saint Etienne a toujours eu une tradition punk rock. Et les membres de ce groupe, dans lequel on retrouve des gars de Protex Blue, Sixpack,  Koenisgtein youth, Ken Park, etc., n’y sont sans doute pas étranger. Ce n’est donc pas un hasard si ce premier 45t au graphisme dépouillé nous livre son lot de mélodies

BITPART where we are

« Where we are », c’est le souvenir un peu fou qu’ont ramené ces deux anciens Fat Beavers (devenu Bitpart) de leur long périple (que nous avions pu suivre sur leur blog) du côté d’Olympia, WA, Etats-Unis. L’aventure s’est donc finalisée avec la réalisation dans l’urgence de cet album. Un joli LP à l’image de ce voyage

MISSION OF BURMA The Obliterati

N’y allons pas par quatre chemins, nous sommes bien en face de l’album qui tourne le plus à la maison ces derniers temps. Mais comment font-ils ? Ces trois vétérans de l’histoire du punk défient toutes les règles, et depuis 2002, la principale d’entre elles (inventé par votre humble chroniqueur) qui affirmait que toute reformation

Read More