The KVB Of Desire

Autant le dire tout de suite, en cette période de revival post-punk, The KVB et Of Desire ne vont pas forcément briller par leur originalité. Exprimer ses angoisses, ses peurs, sa mélancolie (pour mieux les exorciser ?) à travers boîtes à rythmes primaires et répétitives, synthés minimalistes, guitares pleines de reverb et chant froid et sombre

SAVAGES Adore Life

Cet Adore Life est typiquement le genre d’album que l’on attendait au tournant après la sortie de son excellent prédécesseur en 2013. Visiblement Savages en était conscient. Et les 4 femmes ont pris leur temps avant de remettre le couvert. Jehnny Beth (alias Camille Berthomier), la chanteuse, a par exemple collaboré sur un morceau de

PROTOMARTYR The Agent Intellect

3 albums en 3 ans : Protomartyr ne veut visiblement pas traîner en chemin. Joe Casey, le chanteur, n’entend en effet plus perdre de temps. Maintenant qu’il a trouvé les acolytes qu’il recherchait, il veut simplement laisser libre court à ce qu’il avait en tête et sur le cœur. Parce que si l’on en juge par

NEW ORDER Music Complete

Qu’attendre de New Order en 2015, 10 ans après leur dernier album? Visiblement pas grand chose… Pourtant le premier single tiré de ce Music Complete nous avait donné envie d’y croire. Non que Restless soit incroyablement inventif ou surprenant mais parce qu’avec sa jolie mélodie pop mélancolique il était du genre agréable et engageant. Une

THE SOFT MOON Deeper

Luis Vasquez va mieux. Mais heureusement qu’il le confie aux journalistes parce qu’on ne peut pas dire que cela transpire de ce nouvel album! Basses lourdes, synthés torturés, rythmiques répétitives, chant qui s’apparente le plus souvent à une complainte dépressive : son post-punk synthétique est sombre et désespéré. Difficile en effet d’entrevoir une petite lueur d’espoir

AGENT SIDE GRINDER Alkimia

C’est quand même drôle les codes que certains groupes se croient obligés de respecter. Pochette sombre et un brin mystique avec ces symboles ésotériques, musiciens tout de noir vêtus…Si ces gars-là ne viennent pas de la cold wave, c’est à ne plus rien y comprendre…Bon l’avantage c’est que l’on sait à quoi s’attendre ! Même si

CONGER! CONGER! « this is a black EP »

Il y a des groupes (et des labels) comme ça qui nous donnent le sourire quand on reçoit leur disque. Il faut dire que Conger! Conger! nous avait déjà bien excités les écoutilles avec leur précédent album (« Zaad »). En attendant le prochain, prévu pour la fin 2015, le groupe nous gratifie d’un petit EP 4

INTERPOL El Pintor

Des membres occupés par d’autres projets, un dernier album très inégal, l’un des fondateurs (Carlos Dengler, le bassiste) qui avait quitté le navire en pleine tempête : on n’était pas très optimiste quant à la suite de la carrière d’Interpol dans notre dernière chronique concernant le groupe américain. Autant dire que l’on accueillait ce « El

WIRE Document and Eyewitness

ALBUM. Il paraît qu’en apprenant la volonté du groupe de ressortir « Document and Eyewitness », Geoff Travis, le fondateur de Rough Trade, s’est exclamé « Are they really ? They are completely mad ! ». Pas vraiment étonnant quand on sait que l’enregistrement proposait surtout la capture live du concert du 29 février 1980 à l’Electric Ballroom de

WOVENHAND Refractory Obdurate

Les fans de David Eugene Edwards savent où le trouver depuis l’arrêt de 16 Horsepower. Car la parenthèse Crime And The City Solution désormais refermée (il était de l’enregistrement de leur dernier album « American Twilight » et a tourné avec la bande à Howard), le voici de retour avec un nouvel album de Wovenhand (le septième),

CONGER! CONGER! zaad

La seule chose que nous pouvions comprendre de ce groupe marseillais avec leur premier album, c’est qu’ils faisaient parti de ces touches à tout insaisissables mais talentueux. On savait qu’ils aimaient donner un sens à leurs disques (le Rwanda pour le précédent opus), et qu’ils savaient composer d’excellents titres. Pour le reste, je ne m’aventurerais

DISAPPEARS Era

Après 3 albums sortis depuis ses débuts, Disappears a décidé de faire une pause fin 2012. Avant de revenir avec un nouveau batteur (qui remplace donc l’ex-Sonic Youth Steve Shelley) pour un EP, intitulé « Kone », qui ouvrait de nouvelles pistes pour le groupe. Et bien lui en a pris car « Era », son successeur, est tout

SAVAGES Silence Yourself

Maintenant je comprends mieux tout le buzz autour de ce groupe…Esthétique sombre, très étudiée, de l’artwork, premier single (« Flying To Berlin », que le groupe n’a d’ailleurs pas réutilisé sur l’album-décision plus que judicieuse) incendiaire qui a fait monter la sauce, line up 100 % féminin, au look androgyne, qui a des choses à dire (ainsi

FRUSTRATION uncivilized

ALBUM. On ne change pas une équipe qui gagne. Quatre ans après « Relax », son premier album, le quatuor parisien qui a le vent en poupe revient donc prêt à franchir l’épreuve du second album. Vu les concerts, je savais que le groupe n’allait pas dévier de sa trajectoire. Trajectoire qui a fait ses preuves. Un

ZULUS s/t

Les premiers albums possèdent souvent quelque chose de spécial, un charme que leurs successeurs n’ont pas : une urgence, une énergie vitale, brute, directe, mêlées  à quelques approximations et autres maladresses… Cette constatation colle parfaitement au premier jet de Zulus. Comprenant des membres de groupes hardcore de la côte ouest américaine comme Battleship ou Prsms, le