L’AILE BRISEE (Kim/Altarriba)

Dans la très intéressante postface de L’aile brisée, Altarriba explique qu’après l’excitation de la parution de L’art de voler (en 2011), roman graphique dans lequel il racontait la vie de son père qui avait passé le plus clair de son temps à se battre contre les injustices, et notamment contre la dictature franquiste dans son

L’ART DE VOLER (Altarriba/Kim)

Antonio Altarriba Lope avait l’art de voler. L’art de rêver à un ailleurs meilleur, de s’échapper de la réalité en se construisant des petits moments de bonheur lorsque la vie est compliquée. La capacité à encore croire à la justice et à garder espoir quand la situation devient plus difficile. La volonté de se relever