CHRONOSQUAD 4. Concerto en la mineur pour timbales et grosses têtes (Albertini/Panaccione)

Idée scénaristique de génie, avec le Chronosquad et ses agents chargés de régler les infractions aux lois encadrant les voyages temporels, rythme très soutenu (on passe ici de l’époque du Dévonien au moyen-âge européen en passant par la révolution française en un clin d’œil), touches d’humour, clins d’œil, dessin vif et expressif: on a déjà

QUI NE DIT MOT (De Groodt/Panaccione)

Stéphane de Groodt est acteur, chroniqueur et écrivain. Et, surtout, il est belge. Pourquoi surtout ? Parce que ça explique tout ! Les belges sont en effet connus pour être les rois de l’humour absurde et des histoires surréalistes. C’est dans leur culture, quasiment dans leur ADN. De Magritte à Benoît Poelvoorde en passant par François Damiens

UN OCEAN D’AMOUR (Lupano/Panaccione)

Formidable ! N’y allons pas par quatre chemins : « Un océan d’amour » est vraiment un formidable récit. Et une véritable prouesse puisqu’il est entièrement muet. Mais oui, vous avez bien lu : 224 pages sans aucun dialogue ni récitatif. Et pourtant, l’ensemble est d’une fluidité exemplaire. C’est bien simple : on reste scotchés aux personnages

AME PERDUE (Panaccione)

Il fait nuit. Un petit être mi-humain mi-singe sort de son sommeil. Il se réveille dans un monde froid et triste où la pluie à verse menace de tout inonder. Réfugié sur un pic rocheux, il ne sait que faire. Perdu dans ces paysages lunaires hostiles qu’il découvre, il n’a pourtant d’autre solution que de