K. amputate corporate art

ALBUM. Voilà quelques années qu’on avait pas eu de nouvelles de ce trio belge. Et sur le premier morceau, leur rock sale, avec une petite touche Kepone pas dégueulasse, nous fait du pied… on avait eu quelques réserves sur leur précédent album, avec leurs variations plus pop. Ici, les deux premiers morceaux commencent bien, le

THE K. burning pattern etiquette

The K. reste définitivement un groupe étonnant. Après un premier album remarqué (« My Flesh Reveals Millions Of Souls »), les belges reviennent avec un disque plus précis mais toujours aussi surprenant. Leur approche de la musique noise et agressive n’est à en point douter toute personnelle. On retrouve bien les coups de rasoir dans la figure