TORMENTA la ligne âpre

Quand on a la difficile tâche de chroniquer un album, deux choix s’offrent à nous. Le premier est d’essayer de juger objectivement (faut-il que cela soit possible) de la qualité de ce dernier : savoir s’il est bien composé, bien joué, s’il raconte quelque chose, etc. Et la seconde est de répondre à ces mêmes