STRUCTURE structure

EP. La nouvelle sensation post-punk vient de Brighton et se nomme donc Structure. Ces trois là ont tout compris. Hargneux, simples, et inspirés, à quoi bon aller chercher ailleurs. Le collage de la pochette nous renvoie indéniablement à la grande époque de Crass records, preuve de bon goût. Et si Wire (époque « Pink Flag ») ou

PROTOMARTYR Relatives In Descent

ALBUM. Surprise : pour son quatrième album (en 5 ans!), Protomartyr quitte Hardly Art pour rejoindre Domino. Mais rassurez-vous, le groupe de Détroit continue de creuser son sillon post-punk. Même si Relatives In Descent surprend tout de même à la première écoute. Moins frontal et direct, l’album voit en effet le groupe essayer de nouvelles

BORIS DZANECK in his own words

1983, un trio inconnu sort une cassette minimaliste, sombre, et fortement addictive : L’album, intitulé « in his own words« , danse sur les braises à peine éteintes du punk, avec ce petit air désabusé typique de l’époque. Joy Division a fait des émules chez les jeunes hollandais. L’air de rien, ces chansons simples et dépouillées se

VENN Runes

Ce premier album de Venn, c’est un peu l’histoire de la montagne qui accouche d’une souris. La montagne en question, c’est Real Blood, imparable tube post-punk (une ligne de basse envoûtante soutenue par un synthé discret en arrière plan et interrompue, par intermittences, par une guitare acérée, le tout habité par un chant pour une

MODERN ENGLISH Take me to the Trees

Modern English : ce groupe anglais avait sorti son premier album en pleine période post-punk avant de se perdre un peu (leurs albums suivants, lorgnant vers la pop à la Duran Duran ou Simple Minds, sont visiblement à oublier) puis de disparaître des écrans radar. Avant que 4 des membres fondateurs ne décident de ranimer le

FRUSTRATION empires of shame

ALBUM. Après deux albums frôlant la perfection post-punk, entrainant avec eux un succès public de plus en plus impressionnant, le troisième opus du gang parisien était pour le moins attendu. Et vu ce que nous en avions entendu en live, nous savions que cette nouvelle livraison devrait s’avérer jouissive. « Empires of Shame », avec sa pochette

PROTOMARTYR The Agent Intellect

3 albums en 3 ans : Protomartyr ne veut visiblement pas traîner en chemin. Joe Casey, le chanteur, n’entend en effet plus perdre de temps. Maintenant qu’il a trouvé les acolytes qu’il recherchait, il veut simplement laisser libre court à ce qu’il avait en tête et sur le cœur. Parce que si l’on en juge par

GANG OF FOUR What Happens Next

Le nouvel album de Gang Of Four? Certes, Andy Gill, tête pensante du combo, est là et bien là, composant la quasi totalité des morceaux, fournissant les photos de l’artwork et signant même la production (on y reviendra) de « What Happens Next » mais depuis le départ de Jon King en 2012, il est désormais le

PRETTIEST EYES Looks

Et dire que certains ont décrété la mort du rock! Putain, c’est qu’ils n’ont pas écouté The Prettiest Eyes alors ! Basé à Los Angeles, ce trio nous balance ici à la gueule 9 morceaux de punk-garage-noise psychédélique bien givrés servis avec un son crade, brut de fonderie, de rigueur. Délicieux. La plupart du temps, la

GITHEAD Waiting For A Sign

Difficile de deviner qu’au sein de Githead officie un certain Colin Newman tant la musique de son nouveau groupe est tout de même assez éloignée de celle de Wire. A moins d‘avoir écouté le récent « Change Becomes Us » (enfin, surtout sa moitié pop), album sur lequel Wire, plus de 30 ans après, revisitait des ébauches

WIRE Document and Eyewitness

Il paraît qu’en apprenant la volonté du groupe de ressortir « Document and Eyewitness », Geoff Travis, le fondateur de Rough Trade, s’est exclamé « Are they really ? They are completely mad ! ». Pas vraiment étonnant quand on sait que l’enregistrement proposait surtout la capture live du concert du 29 février 1980 à l’Electric Ballroom de Londres,

WIRE Change Becomes Us

Wire souffle le chaud et le froid lors de ses différents come-backs depuis la pause du groupe à la fin des années 70, alternant le bon, voire le très bon, avec des albums de post-punk noise de bonne tenue et le moins bon avec des livraisons d’électro-pop fades. « Change Becomes Us » est exactement à l’image

LE PARTI excitement as such

La démo de ce trio de St Etienne, malgré quelques défauts, avait déjà aiguisé notre curiosité, mais avec ce premier album, je n’ai plus aucun doute sur leurs capacités. Bien que le manifeste du Parti soit basé sur une rhétorique connue, régulièrement utilisée entre 1977 et 1981, il se dégage de ce disque une personnalité

Read More

MISSION OF BURMA The Obliterati

N’y allons pas par quatre chemins, nous sommes bien en face de l’album qui tourne le plus à la maison ces derniers temps. Mais comment font-ils ? Ces trois vétérans de l’histoire du punk défient toutes les règles, et depuis 2002, la principale d’entre elles (inventé par votre humble chroniqueur) qui affirmait que toute reformation

Read More