CONFINE#14 : Frederic Kalfon, Fleuves Noirs (Lilles, France)

[Journal de Confinement] En ce lundi 19 avril, nous allons voir comment cela se passe à Lille, avec Frédéric Kalfon, bassiste dans le groupe Fleuves Noirs, dont le premier album (Respectes-Moi) fut une belle révélation. Quand il ne joue pas avec Fleuves Noirs, Fred fait des vidéos de sprot avec Professeure Postérieur, ou de l’électro avec Menace Bénite. Alors Fred, ça se passe comment le confinement, tu as l’air bien occupé ?

[épisode#14] Fred Kalfon, a joué dans Berline 0.33, et joue dorénavant de la basse dans FLEUVES NOIRS

1. Tu es où en ce moment ?

A Lille, chez moi, en coloc à 4 personnes, on s’en sort bien par rapport à pas mal de potes seul.es dans leur petit appart.

2. Comment tu t’occupes pendant le confinement ?

De la musique (Menace Bénite, EP expé de Fleuves Noirs), machines, electro, techno, du sprot, la cuisine, lire les modes d’emploi qu’on aurait dû lire depuis trop longtemps, réparer des trucs, ranger, réorganiser, pas trop se laver mais quand même, faire l’amour, des échappées psychédéliques, angoisser, tousser, jouer au Scrabble, passer beaucoup trop de temps sur un smartphone, faire la boum, s’occuper de Chachatte, faire pousser des plantes, penser au travail et oublier immédiatement, réfléchir à comment briser les genoux de nos gouvernants à la sortie. Ça se résume à peu près à ça.

3. Quel est ton (ou tes) disque.s doudou pendant cette période étrange ?

Pas tant que ça vu que je passe plus de temps à faire de la musique qu’à en écouter. Mais sinon surtout Plastikman, beaucoup de Plastikman, et Isolée, Coil, James Holden, Muslimgauze, WaqWaq Kingdom.

4. Comment tu vois l’après (personnel / groupe / société) ?

Projet de vie : danser et faire danser, jouer. Tout le temps.
Avec Fleuves Noirs reprendre où on en était, c’est à dire une tournée annulée et l’enregistrement du prochain album. On avait prévu ça avant l’été mais ça semble compromis. Se faire des apéros en visio c’est cool mais ça fait pas avancer la composition n’est ce pas. Sinon jouer un max aussi avec mes autres projets : Les Figurants de la Peur, Sijosai (sortie du 1er album tout bientôt), Slalomées (nouveau projet avec Professeure Postérieur) et Menace Bénite donc.
Personnellement, avant que tout se casse la gueule j’avais peur, maintenant que c’est fait, ben allons-y. J’espère qu’il n’y aura aucun retour à la normale, j’ai peur d’être naïf et de prendre une claque. Mais il va falloir se battre et tout réinventer, je ne vois pas d’autre porte de sortie. J’ai la rage contre ces raclures qui nous gouvernent et je n’ai aucune envie d’aller voter. Ce qui ne laisse plus beaucoup d’autre choix qu’un engagement intensif et sûrement une certaine radicalisation. Ils ne nous laissent plus le choix.

Prochain épisode >>> Raphael, We Hate You Please Die (Rouen, France)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.