VEI (Elfgren/Johnsson)

BD. Vei est sauvée in extremis de la noyade par des humains…ennemis qui viennent de Midgard et croient en d’autres Dieux (Odin et ses frères et sœurs) que les siens. Immédiatement attachée au mât du drakkar, elle n’a d’autre solution pour survivre que de les guider vers son royaume, Jötunheim, qu’ils espèrent conquérir. Mais surpris par une tempête, ils sont aussitôt faits prisonniers par les Jötnar, les Dieux géants de Vei, qui sont en plein préparatifs pour le Meistarileikir, qui n’a lieu que quand les étoiles s’alignent, c’est-à-dire très rarement. Odin et les siens vont en effet bientôt arriver et chaque groupe de Dieux va présenter ses meilleurs combattants (Vei en fait partie…) pour des affrontements qui décideront qui pourra régner sur Midgard jusqu’au prochain Meistarileikir…

Voici un comics venu du froid (c’est assez rare pour le signaler) qui nous plonge dans la mythologie scandinave en revenant sur la création du monde avec l’apparition des Lindworm puis de Mimir et, dans son sillage, des Dieux dont Odin, Thor, Freyja, Skadi, Loki et les Jötnar ainsi que des humains et de toutes les autres créatures qui vivent sur Terre et nous conte l’affrontement entre les Dieux dominants, Odin et sa troupe et les Jötnar qui acceptèrent de se soumettre après une longue guerre. Qui prend la forme d’un récit initiatique car Vei va en effet comprendre progressivement pourquoi son Dieu à elle, Veidar, l’a choisie, et l’entraîne dur depuis si longtemps : pour combattre contre les guerriers des Dieux adverses alors qu’il sait parfaitement que cela entraînera sa mort puisque les Jötnar n’ont jamais remporté un seul meistarileikir…

Un récit épique, souvent spectaculaire (les combats, parfaitement chorégraphiés, valent le détour), qui peut compter sur un dessin emballant et un découpage typiquement comics, très dynamique donc, au service d’un scénario solide qui réserve son lot de surprises pour nous embarquer à son bord afin de nous parler, notamment, de notre rapport aux Dieux. On comprend pourquoi Ankama a acheté les droits de Vei pour la France…Un joli coup éditorial !

(Récit complet, 344 pages – Ankama)                                                             

        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.