LES GRANDS CERFS (Nocq)

BD. Pamina vit reculée, dans une ancienne métairie, au beau milieu de la forêt vosgienne, avec son compagnon Nils. Pour fuir le bruit des hommes. Un jour, armé d’un appareil photo, un homme vient la voir dans son jardin. C’est Léo. Il vient lui demander l’autorisation d’installer une cabane d’affût sur son terrain, un peu

AUTOPSIE D’UN IMPOSTEUR (Zabus/Campi)

BD. Après L’Eveil, Campi et Zabus continuent d’explorer l’âme humaine. Dans ce nouveau récit, ils s’intéressent à « un type qui n’en vaut pas la peine », comme l’annonce rapidement le narrateur. A moins que cela ne soit sa conscience qui le taraude…Un étudiant en dernière année de droit qui rêve de faire partie de la haute,

TAXI ! (de Jongh)

BD. Sous-titré Conversations depuis la banquette arrière, Taxi ! annonce la couleur (enfin, façon de parler car le récit est en noir et blanc…) : l’ensemble, ou presque (1 ou 2 scènes se passent à l’aéroport avant de trouver un moyen de transport…), du roman graphique se passe à huis clos dans des taxis. Il faut dire

LA DESOLATION (Appollo/Gaultier)

BD. Evariste a eu envie de disparaître. Pour fuir son boulot d’instit, son ex Amandine, les gens, bref toute « cette humanité sclérosée, malade et entassée ». Alors il a pris un billet sur le Manon-Dufresne, bateau qui va naviguer pendant un mois en direction des îles Kerguelen, à l’autre bout du monde, où quelques touristes sont

DEBOUT LES MORTS (Duchazeau)

BD. Sous-titré « Fantaisie macabre », Debout les morts annonce la couleur (au propre comme au figuré car la couverture est, par ailleurs, presque entièrement rouge sang) d’emblée. Duchazeau a visiblement eu envie d’une récréation graphique et il a donc décidé de raconter la révolution mexicaine, à sa façon, résolument différente et complétement délirante. Et c’est Emiliano,

SOUSBROUILLARD (Pandolfo/Risbjerg)

BD. Orpheline, Sara n’avait jamais rien su de ses origines. Elle n’avait que sa tante Fine qui l’avait élevée comme sa mère. Alors, quand, sur son lit de mort, elle lui tendit un bracelet en tissu sur lequel était écrit « Sousbrouillard », Sara sût qu’il fallait qu’elle se rende dans ce village perdu au milieu de

#J’ACCUSE… ! (Dytar)

BD. On évoque encore régulièrement l’Affaire Dreyfus quand on veut parler d’erreur judiciaire ou de manipulation politique. Mais la majorité d’entre nous sait-elle vraiment ce qui s’est passé exactement ? Jean Dytar a voulu se faire sa propre opinion et s’est donc plongé dans la presse de l’époque et dans les nombreux témoignages publiés par la

BONS BAISERS DE LIMON (Brenes)

BD. Ramiro est revenu au Costa Rica pour deux semaines de vacances. Quand il met le nez dans un carton de photos anciennes que sa mère a trouvé dans la malle de son grand-père décédé, tout un tas de souvenirs lui reviennent. Des anecdotes aussi. Du coup, il décide de faire le tour des membres

METAL HURLANT REVIENT !

Mais non, vous ne rêvez pas : le mythique magazine revient le 29 septembre prochain ! Sous l’impulsion de Fabrice Giger, patron des Humanoïdes Associés et de Vincent Bernière, journaliste et éditeur de bandes dessinées (il dirige notamment la collection Outsiders chez Delcourt), Métal Hurlant va renaître de ses cendres sous la forme d’un mook bien copieux

AMORE (Zidrou/Merveille)

BD. Quel meilleur endroit que l’Italie pour parler d’Amore ? D’amour fou qui dure toute une vie, d’amour volé tous les dimanches matins pendant la messe d’il « buon padre » Di Stefano, d’amour raconté plutôt que fait, d’amour contrarié mais accepté, d’ »amour » contraint ou encore d’amour singulier… Avec de jolis mots de Zidrou, inspirés et marquants. Poétiques

SWEET TOOTH Volume 4 (Lemire)

BD. Sweet Tooth tient une place particulière dans la carrière de Jeff Lemire. De par les thèmes que la série aborde, probablement. Mais aussi parce que c’est celle qui l’a accompagné le plus longtemps, 4 ans, et peut-être le plus intensément. Voilà qui explique pourquoi, alors qu’il pensait que ce ne serait jamais le cas