LA GUERRE (Sécheresse/Cadène)

BD. Au beau milieu d’une nuit pluvieuse, à cause d’une dispute, Alex et Alice provoquent un accident mortel. Mais plutôt que d’appeler les secours, ils s’enfuient sans rien dire. Un incident qui va laisser des traces…Car Alice se rend compte, par la suite, que la vie lui paraît morne, sans saveur. Pour se sentir vivante, elle a besoin de retrouver ce frisson, intense, violent même, ressenti ce soir-là. En écrasant les autres à son travail ou en baisant avec un arabe de banlieue dans des parkings sombres s’il le faut…Elle ne cache rien de ses envies à son mari car elle ne désire qu’une chose : qu’il ressente la même chose qu’elle…

Thomas Cadène et Loïc Sécheresse, qui avaient déjà travaillé ensemble sur la série Les Gens honnêtes, nous entraînent, avec La Guerre, dans le sillage d’un couple, celui d’Alex et Alice, en apparence parfait. Jeunes et beaux tous les deux, très performants professionnellement parlant, mariage somptueux, Audi Quattro, bel appartement avec terrasse…En apparence seulement car cette première expérience avec la mort a déclenché chez eux des pulsions, de toute puissance, de désir de domination, que rien ne pourra calmer. Des pulsions qui les aident à se sentir vivants et auxquelles ils vont rapidement être accros. D’autant que leur position sociale dominante leur permet de les assouvir sans trop de difficultés…

Un récit surprenant, assez dérangeant, parfaitement mené par les auteurs, le dessin de Sécheresse se montrant en totale symbiose avec le scénario de Thomas Cadène, qui pousse ici la lutte des classes à son paroxysme : seule la vie de ce couple de yuppies compte, et les autres, qu’ils méprisent totalement, ne sont finalement là que pour leur permettre d’assouvir leurs désirs…Glaçant.

(Récit complet, 112 pages – Delcourt)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.