NEGALYOD II (Perriot)

BD. Après avoir lutté contre le réseau, Jarri et Korianzé n’ont pas profité très longtemps de la liberté nouvellement acquise et de leur amour…Car la montée des eaux, due au dérèglement climatique, est devenue inexorable. Pire, le système électrique du réseau, arrivé à saturation, va provoquer des explosions atomiques partout sur le continent. Les villes d’en haut commencent d’ailleurs à tomber…Ceux qui veulent survivre n’ont pas d’autre solution que de bâtir des villes-navires pour prendre la mer ! Korianzé et Jarri prennent naturellement la tête des opérations. Pour l’avenir de leur communauté mais aussi celui des jumelles qui s’apprêtent à sortir du ventre de Korianzé…

Vincent Perriot n’avait originellement pas prévu de suite à Negalyod mais le beau succès du récit (emmené par son superbe dessin influencé par Moebius) lui a donné envie d’explorer un peu plus l’univers qu’il avait créé. Mais cette suite va en surprendre plus d’un ! Car dans Le Dernier mot, l’auteur commence par détruire ce qu’il avait inventé : montée des eaux, tempêtes, cataclysmes, explosions atomiques, magistralement mis en scène, dévastent ainsi Negalyod pour totalement le transformer. Du monde totalement minéral et désertique que l’on connaissait dans le tome 1, on passe ainsi à un monde totalement aquatique…Auquel Perriot donne vie avec beaucoup de talent, une nouvelle fois. Les scènes de chasse au basilosaure ou de combats navals sont ainsi aussi réalistes que spectaculaires, le trait de Perriot étant, il faut le mentionner, véritablement magnifié par les couleurs (des verts omniprésents alliés à des violets, des oranges ou des roses) de Breton (qui était la coloriste attitrée de Moebius). Mais le combat de Jarri et Korianzé continue. Il a changé de nature. Il faut survivre mais en s’adaptant, cette fois, aux éléments et en s’élevant contre les forces du mal symbolisées par Jonas et son armée aveugle et lobotomisée. Pour l’avenir de l’Homme et pour les jumelles Nanée et Iriana qui ont rejoint leurs parents dans la lutte.

Un second tome enlevé qui a un souffle incroyable. Car au message écologique fort, Perriot ajoute de l’Aventure, avec un grand A, qui captive, avec des scènes parfois hallucinées et même mystiques (notamment la conclusion) ! Et la saga de Korianzé et Jarri n’est peut-être pas finie car il semblerait que Perriot n’ait pas encore fini d‘explorer l’univers de Negalyod

(Récit complet, 200 pages – Casterman)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.