MELVINS Five Legged Dog

ALBUM. Melvins lite ? Melvins 1983 ? Melvins avec deux bassistes ? Difficile de savoir ce que le groupe américain allait nous réserver avec ce nouvel album tant ils nous ont habitués à surprendre. Mais avec Five Legged Dog, il faut avouer qu’ils se sont surpassés ! Le trio (King Buzzo et Dale Crover sont ici accompagnés de Steve Mac Donald, comme souvent ces derniers temps) a en effet décidé de profiter du confinement pour se lancer dans un projet pharaonique assez fou dont il a le secret : revisiter son répertoire (ils ont puisé dans quasiment tous leurs albums, depuis Gluey Porch Treatment paru en 1987 jusqu’à Pinkus Techician Abortion sorti il y a juste 3 ans) en mode acoustique. Et en 37 morceaux…Tant qu’à faire autant aller jusqu’au bout du délire ! Acoustique, avec les Melvins, cela veut dire du « vrai » acoustique, sans aucune électricité. Par contre, on garde l’énergie, la hargne et la folie habituelles. Autant dire que les peaux sont presque aussi martyrisées qu’à l’accoutumée et les cordes bien sollicitées! Une vraie curiosité qui s’adresse, bien sûr, avant tout, aux fans du groupe qui prendront beaucoup de plaisir à découvrir les nouvelles versions de leurs morceaux préférés. Pour notre part, c’est sur Hooch, Night Goat, Revolve, Queen ou The Bit que l’on s’est jetés en premier…Et le résultat est étonnant, mettant en exergue la qualité de composition du groupe tout comme son énergie. La version de The Bit est par exemple vraiment bluffante, aussi flippante et peut-être meilleure que l’original…Le trio n’a pas oublié de glisser quelques surprises parmi les 37 morceaux. Comme l’apparition au chant de leur collaborateur régulier, Jeff Pinkus des Butthole Surfers, sur Don’t Forget To Breathe (c’est d’ailleurs déjà lui qui chantait sur l’original) et le décalé Everybody’s Talking. Des reprises : de Flypaper de Brainiac, de Sway des Rolling Stones ou de Charlie de Redd Kross. Des binômes de morceaux (Hung Bunny/Roman Dog Bird et Eye Flys/Woman) enchainés dont la structure a été revue pour l’occasion bien sûr. Sans oublier, bien entendu, les habituels titres délirants second degré…Bref, il y a de quoi faire ! L’occasion de découvrir les morceaux des Melvins sous un angle résolument nouveau et étonnant, dans leur plus simple appareil, si l’on peut dire !

(Ipecac Recordings)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.