LE CHEMIN DE LA HONTE un château perpétuel

ALBUM. Caché dans les contreforts de la Drôme, et poussé par la force motrice de leur batteur (Seb Normal, exilé de la grande triple alliance internationale de l’Est), Le Chemin de la Honte joue les résistants dans un monde, musical ou pas, de plus en plus libéral. En gestation depuis plus d’un an, ce deuxième album sort donc, au final, en autoproduction sur bandcamp afin d’éviter les interminables délais que les majors imposent aujourd’hui aux labels indépendants (parfois près d’un an) pour produire des disques vinyles. Ils étaient pourtant nombreux à vouloir soutenir les Drômois. Tant pis, ce deuxième album sortira donc uniquement en numérique. Que cela ne vous empêche pas de vous le procurer le plus rapidement possible (sortie prévue le premier vendredi de décembre), tant ces sept nouveaux titres le méritent. La musique du groupe continue d’explorer des terrains froids et angoissants, piochant autant au noise rock, qu’à la cold wave, ou au post-punk, le tout en français dans le texte. Il faudra s’habituer à la tessiture vocale de Liliane (qu’on retrouve dans Delacave avec Seb), parfois particulière comme sur « 95 Pulsions » ou « Espions », le premier titre de ce qu’aurait dû être la face B, mais en général tout est parfaitement réglé, superbement à sa place, envoûtant au possible. Je me permets de rappeler les faces de vinyle, car on sent bien que la construction du disque est pensée pour s’écouter sur deux faces. Et le superbe final de la face B (« Toute Distance » et ses 12 minutes) fait particulièrement bien son effet de clôture. Retenons aussi, en Face A, « Le Trafic des Cours » et sa ritournelle de guitare démoniaque, qui reste l’un de mes titres préférés. Je ne vais pas tout passer en revue, le disque s’écoute en ligne, mais vous savez maintenant ce qu’il vous reste a faire…

(Autoproduction – bandcamp)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.