Skip to content Skip to footer

AMERICAN FLAGG (Chaykin)

BD. 2031. Plusieurs catastrophes se sont succédées une trentaine d’années auparavant entrainant le chaos. Le monde a connu une crise sans précédent. Emeutes, frappes nucléaires et révolutions s’en sont suivies partout sur la planète. Ce qui reste du gouvernement américain s’est allié avec les ruines de l’union soviétique pour fonder un nouveau système politique, le Plex, composé du président et des chefs d’entreprises survivants, qui s’est délocalisé sur Mars. Le territoire américain, en lambeaux, s’est réorganisé tant bien que mal en gigantesques centres commerciaux appelés Plexmalls alors que les grandes villes sont en proie à la guerre civile entre partis politiques. Reuben Flagg, ex-acteur principal d’une série tv à succès, est la nouvelle recrue des Plexus rangers chargés de faire respecter la loi et de maintenir l’ordre, notamment lors des émeutes éclatant chaque samedi soir après la diffusion de l’épisode de Bob Violence, qui fait passer des messages subliminaux venant du Brésil…

C’est un petit événement : voici, pour la première fois, l’intégrale d’American Flagg édité en France ! Un bon gros pavé de 456 pages comprenant pas mal de bonus comme Urban Comics a l’habitude de sortir. Un récit signé Howard Chaykin qui a commencé à paraître à partir de 1983 et que l’auteur a écrit en réaction à ce qui se passait alors aux Etats-Unis : régression morale et politique avec le retour de Reagan et de la droite chrétienne au pouvoir, déréglementation du système financier mais aussi consumérisme à tout va. On comprend ainsi mieux la présence, dans le récit, de ces Plexmalls, gigantesques centres commerciaux qui dominent le territoire américain, du C.T.S.A., comité des travailleurs survivalistes américains, qui veut renverser le Plex avec ses théories fascistes et antisémites et de ce nouveau héros, Reuben Flagg, qui défend, dans ce chaos total, l’esprit américain basé sur la solidarité qui “a été trahi par les banques, par les grosses entreprises, par des milliardaires qui abusent du patriotisme comme les catins du patchouli. Trahi par le Plex”. Un héros qui est sur tous les fronts pour défendre les vraies valeurs américaines et dans beaucoup de lits (histoire de provoquer la prude Amérique…), notre homme, beau gosse, étant également un séducteur.

Bien sûr, American Flagg a un peu vieilli. Pas tant le travail graphique (même si la mise en couleur est typiquement années 80), techniquement assez impressionnant, que la narration, qui se montre très bavarde et est, du coup, un frein à l’immersion. Mais le récit n’en reste pas moins un témoignage, très critique et engagé, intéressant sur cette époque, qui a changé la face du comics avec d’autres œuvres comme Watchmen, qui a, elle, connu un succès mondial.

(Intégrale, 456 pages – Urban Comics)

Leave a comment

0/100

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.