Skip to content Skip to footer

CONGO BLANC (Warnauts et Raives)

BD. Congo blanc n’est pas un nouveau récit. Il s’agit en fait d‘une intégrale réunissant 3 récits “africains” de Warnauts et Raives qui étaient épuisés et auxquels Daniel Maghen, admirateur du travail du duo belge depuis ses débuts (la lecture de Congo 40 dans (A Suivre) quand il était adolescent l’a marqué, apprend-on dans la préface signée Warnauts…), a voulu donner une seconde vie. Le livre comprend donc Congo blanc, un récit court issu de l’album Equatoriales dans lequel Louis doit choisir entre le Congo et la Belgique, sa maitresse noire et sa femme et ses enfants…Congo 40 qui voit la communauté blanche de Mungi voler en éclats quand Laurence revient 7 ans après la mort de son père dans des circonstances étranges. Et enfin, Fleurs d’ébène, le récit le plus intéressant des trois, notamment grâce au personnage, complexe et faillible (belge, il aime de tout son cœur ce pays dont il comprend les aspirations de liberté mais a aussi, par exemple, du mal à accepter que sa femme l’aie quitté pour un noir…), de Jean, commissaire chargé d’une enquête (un homme, activiste politique noir œuvrant pour l’indépendance, a été retrouvé écrasé sur une piste) que ses supérieurs s’ingénient à étouffer…Trois récits appartenant à des genres différents mais qui ont beaucoup de points communs. Celui, en premier lieu, de se dérouler au Congo, alors colonie belge, et de montrer les relations entre colons blancs et congolais, souvent traités de façon condescendante voire méprisante. D’évoquer, aussi, en arrière-plan, le combat du Congo pour obtenir son indépendance malgré les réticences des belges. Et, enfin, de brosser, en filigrane, le portrait de ce pays d’Afrique, ses coutumes, ses femmes sensuelles (Warnauts et Raives glissent ici d’ailleurs quelques ébats sexuels…), ses odeurs, pour lequel les auteurs semblent avoir un vrai faible.

Une belle intégrale, grand format, accompagnée d’un cahier graphique qui permet à la fois de prolonger le plaisir et d’admirer, au mieux (dessins pleine page, très belle qualité de reproduction), le joli travail (un dessin à l’ancienne : un trait au crayon rehaussé d’aquarelles) à quatre mains (ils font tout -écriture, story-board, dessin, couleurs- à deux) des deux belges.

(Intégrale, 192 pages – Editions Daniel Maghen)

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.