Skip to content Skip to footer

LE CLAN DES OTORI 4. Les Neiges de l’exil (Melchior/Bachelier)

BD. Les cartes ont été totalement redistribuées dans les Trois pays. La famille Tohan, qui dominait les autres clans, a été vaincue et Iida Sadamu, qui la dirigeait, est mort. C’est désormais Araï Daiichi le nouveau maître de la région. Mais pour asseoir sa domination, il a besoin d’alliés. Takeo pourrait être l’un de ceux-là car depuis la mort de son père adoptif, il peut prétendre prendre la tête du clan des Otori à la place de ses oncles. Mais celui-ci a décliné, préférant rejoindre les rangs de la Tribu, espérant ainsi découvrir ses origines. De ce fait, il a aussi accepté de ne plus voir Kaede, dont il est pourtant éperdument amoureux. La jeune femme rentre quant à elle chez son père, bien déterminée à montrer qu’elle a changé et n’est plus prête à simplement obéir…

Melchior et Bachelier se sont lancés dans un projet de longue haleine : adapter l’œuvre de Lian Hearn, Le Clan des Otori, qui ne comprend rien moins que cinq volumes. Ce tome 4 marque d’ailleurs le début d’un second cycle qui correspond au second roman de Hearn, Les Neiges de l’exil. L’adaptation devrait donc comprendre 15 tomes en tout. Voilà pour les précisions éditoriales…Avant de commencer Les Neiges de l’exil, on doit en tout cas avouer avoir été soulagés de trouver, en introduction, un résumé des épisodes précédents car l’intrigue est complexe et les personnages nombreux. Il n’est donc pas forcément évident de s’y retrouver d’autant que certains d’entre eux sont des espions infiltrés dans des familles pour d’autres clans…Soif de pouvoir et de domination, alliances et trahisons étant au cœur de la série. Mais une fois ce récapitulatif en tête, on retrouve avec plaisir Kaede et Takeo, dont nous suivons les trajectoires en parallèle (qui devraient, selon toute logique, finir par se rejoindre tôt ou tard). La première, aidée de sa servante, doit rentrer chez son père alors qu’elle n’a pas pu se marier et est enceinte…Quant à son amoureux, il a intégré une troupe de comédiens dirigée par la Tribu pour se cacher de ses ennemis.

Un épisode toujours aussi intéressant, au final marquant, qui fait une nouvelle fois la part belle au féminisme (Kaede a fort à faire…), mis en images, comme à l’accoutumée, avec talent, par Bachelier, d’un trait à l’encre très “calligraphique”. Un second cycle qui démarre de la plus belle des façons !

(Série en plusieurs cycles de 3 tomes, 88 pages pour ce tome 4 – Gallimard BD)

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.