Skip to content Skip to footer

LE COMBAT D’HENRY FLEMING (Cuzor, d’après Crane)

BD. Etonnamment, The Red Badge Of Courage, roman de Stephen Crane très célèbre aux Etats-Unis, reste peu connu en France. Il n’avait, à notre connaissance, jamais été adapté en bande dessinée par exemple. L’erreur est maintenant réparée grâce à Steve Cuzor, qui, du coup, prolonge sa “période” américaine, après O’Boys et l’excellent Cinq Branches de coton noir déjà paru dans cette incontournable (cela faisait longtemps qu’on ne l’avait pas dit…) collection Aire Libre. Un auteur qui livre ici une version habitée, très fidèle au texte originel. Car si le récit se passe majoritairement sur les champs de bataille de la guerre de Sécession, Cuzor ne nous donne que peu d’informations sur la guerre elle-même : on ne sait ainsi rien sur ses racines, ses implications, le nombre de victimes ou encore son évolution. C’est la même chose pour la bataille à laquelle le “héros” (remarquez les guillemets…) prend part : elle n’est jamais nommée et aucune indication géographique ou stratégique ne nous est fournie. Car ce qui intéresse les auteurs est ailleurs : dans la tête d’Henry Fleming. Un jeune soldat (il a à peine 18 ans) qui ne rêvait que d’une chose : quitter la ferme familiale pour montrer ce qu’il vaut aux autres. Parti de la maison des rêves plein la tête, le jeune garçon va bien sûr rapidement déchanter et se rendre compte que la guerre, ce n’est pas ce qu’il pensait. Exercices à n’en plus finir, attente interminable à l’arrière, corvées inintéressantes d’abord. Puis les vétérans qui reviennent blessés ou estropiés du front. Et avec eux les premiers doutes qui s’insinuent : sera-t-il capable de tenir le coup lors de l’assaut ou détalera-t-il dès que le capitaine aura le dos tourné ? Des doutes qui font finalement place à la peur quand il se rend compte, quelques secondes avant de charger, que les soldats sont utilisés comme du bétail par les généraux, des bêtes qui vont être sacrifiées sur l’autel de la victoire. Commence alors une longue errance entre champs de bataille et bois, un combat intense qui fait rage dans le cerveau d’Henry, entre refus de mourir pour rien et folie qui guette, avec le chaos de la guerre qui n’est jamais loin…magnifiquement mis en images par Steve Cuzor dont le trait réaliste nous plonge avec talent dans cette bataille absurde, et sa folie, qui voit les troupes avancer puis reculer, croyant avoir perdu avant d’être relancées, seulement pour faire diversion, au feu et d’être finalement félicitées…et dans les états d’âme de Fleming, qui passe par toutes les émotions : lâcheté, culpabilité, mensonge, folie, fierté…

Une très belle adaptation de ce grand roman anti-belliciste qui brocarde allègrement les notions d’héroïsme et de patriotisme, en contant la guerre de l’intérieur, à hauteur de simple soldat.

(Récit complet, 152 pages – Aire Libre)

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.