Skip to content Skip to footer

L’OURS DE CEAUSESCU (Ducoudray/Henry)

BD. Roumanie, décembre 1989. C’est d’abord Irena, venue crier son mécontentement devant le palais des Ceausescu, qui est endormie, menottée et emmenée dans un bureau de la Securitate. Elle y rejoint Nicolae. Vient ensuite le tour de Radu Mudran, un poète, membre de l’académie des écrivains roumains. Puis celui de Gluma, le clown pas rigolo. Et celui d’Ana, femme de ménage au palais du couple présidentiel. Ils seront 7 en tout. D’origines et de convictions politiques diverses pourtant tous réunis dans ce bureau sans avoir la moindre idée de ce qu’on leur veut…

La dictature de Ceausescu : une horreur absolue pour sa population mais une mine d’or pour les écrivains et les scénaristes actuels qui peuvent y trouver là une matière incroyable pour leurs récits. C’est d’ailleurs une habitude pour Aurélien Ducoudray, que les dictateurs inspirent. Russie (Camp Poutine), Mobutu (Mobutu dans l’espace), Corée du nord (L’Anniversaire de Kim Jong-Il) et maintenant Roumanie : le scénariste se délecte de ces régimes aussi effroyables qu’absurdes. Son récit est à leur image, mêlant tragique (on risquait sa place voire pire si l’on ne respectait pas à la lettre les consignes de ses supérieurs…) et comique (cela aboutit parfois à des situations totalement surréalistes comme cet ours -il a été trouvé dans un cirque- qui jongle face à Ceausescu alors que celui-ci est venu le chasser…) en 7 portraits qui sont autant de flash-back dans le passé des personnages nous donnant à voir ce que signifiait vivre sous le régime communiste de Ceausescu. Avant, bien sûr, d’éclairer nos lanternes au sujet de la réunion de ces personnages dans une conclusion aussi inattendue que frappante.

Un très bon récit qui doit beaucoup à son registre particulier, du tragi-comique toujours sur le fil et à sa narration vraiment habile. Mais le dessin de Gaël Henry n’est cependant pas en reste : son trait souple associé aux couleurs de Paul Bona met en scène avec inspiration et gourmandise L’ours de Ceausescu. Bienvenue en Absurdie, pardon, en Roumanie dans les années 80 !

(Récit complet, 144 pages – Steinkis)

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.