SCHOOLBUS DRIVER nursery rhymes for old men

Il aura donc fallu que Schoolbus Driver se sépare pour sortir*, à titre posthume donc, un de ces putain d’album qui met tout le monde d’accord. Quel dommage. Car si vous aimez la noise aiguisée comme une lame de rasoir, vous devriez trouver votre compte dans ce vinyle rouge vif** (et seulement dans ce disque

TORMENTA la ligne âpre

Quand on a la difficile tâche de chroniquer un album, deux choix s’offrent à nous. Le premier est d’essayer de juger objectivement (faut-il que cela soit possible) de la qualité de ce dernier : savoir s’il est bien composé, bien joué, s’il raconte quelque chose, etc. Et la seconde est de répondre à ces mêmes

LA FAUTE AUX CHINOIS (Ravard/Ducoudray)

Difficile pour Louis de voir la vie en rose : ouvrier dans un abattoir (il est chargé de couper la gorge aux poulets qui défilent sur la chaîne…), il doit en prime supporter l’humour graveleux de ses réacs de collègues. Jusqu’au jour où il tombe par hasard sur Suzanne, la secrétaire du DRH, dont il tombe

ABELARD Tomes 1 et 2 (Hautière/Dillies)

Abélard est un poussin qui vit heureux dans son marais entouré de ses copains Eugène, Pavel et Mikhail. Mais un jour ses yeux croisent ceux d’une belle inconnue, Epilie. Amoureux, Abélard se met en tête de partir en Amérique, là où il y a des machines qui permettent de voler, pour aller cueillir un bouquet

LE CLUB DU SUICIDE (Baloup/Vaccaro)

De l’avis même des membres des clubs huppés de gentlemen de Londres, on s’ennuie ferme dans la capitale anglaise en ce début de XXe siècle. Alors, à l’instar du prince Flouzel de Bohême, on s’encanaille, le soir venu, grimés, dans les bas fonds, pour tromper l’ennui. On s’aventure dans des bouges sordides à la recherche

LES LONGUES TRAVERSEES (Cailleaux/Giraudeau)

Partir pour oublier, pour s’oublier. Tels les marins de la Royale qui errent sur les océans et espèrent ainsi laisser derrière eux les fantômes du passé en s’exilant dans les salles des machines et en s’enivrant des odeurs de mazout et de la fatigue des quarts de nuit. Errer dans de longues traversées transatlantiques et

TRUNKS on the roof

Si, en général, les collectifs réunissant leur lot de musiciens professionnels ne me disent rien qui vaille, il en va bien autrement de celui-ci. Les membres venant d’univers assez variés, ont beau avoir le droit à leur bio personnelle, c’est bien l’album d’un groupe, soudé, intense, et habité que j’ai l’impression d’écouter. Certes, on retrouve

THIS WILL DESTROY YOU tunnel blanket

Dans le post-rock, il y a eu les aventureux, pas si apaisés qu’on le laissait croire, puis une tripoté de suiveurs ennuyeux et insipides. Puis il y a eu les metalleux, cheveux longs, accords gras, mais cœur sensible. En dehors des premiers, peu trouvent grâce à mes yeux aujourd’hui. Et de ce qu’en je croyais

DD/MM/YYYY jettent l’éponge…

Après 8 ans de bons et loyaux services, les canadiens décident de faire un break. Voilà ce qu’ils écrivent sur leur face de bouc : « it’s true. after 8 years of doing what we do, we’ve decided to take a break from doing it. thanks for the kind words. here’s a nice official thing: On

Read More

ONE FOOT DANCER the dead note theory

Vous avez déjà vu un danseur uni-jambiste ? Equilibre instable et groove improbable. Celui-là est du genre à gesticuler dans tous les sens, danse tribale et esprits post-punk. On assiste impuissant à une sorte de bon bordel sympathique, drôle de rencontre entre potes, légèrement imbibés, pogo syncopé et clavier bonne franquette. Toute cette bande s’amuse,

Ça swingue vers chez vous en octobre !

Comme toujours, le mois d’octobre est riche en tournées. Voici une petite sélection non exhaustive.   AUCAN Oct 07 | STRASBOURG – Stimultania Oct 08 : BESANÇON – Festival Electroclique Oct 13 : DIJON – La Péniche Cancale Oct 14 : NANTES – Festival Scopitone Oct 15 : AMIENS – La Lune des Pirates   BERLINE

Read More

LE TUEUR 9. Concurrence déloyale (Jacamon/Matz)

Sous la pression du peuple vénézuélien et de l’opinion publique internationale, les militaires putschistes, soutenus par les américains, ont été contraints de laisser le président Chico Gomez revenir au pouvoir. Un peu plus tard, le gouvernement cubain peut donc reprendre les discussions avec Gomez et les chinois en vue de collaborer à un projet d’exploitation

PANDEMONIUM 3. Mort blanche (Bec/Raffaele)

1951. Doris Greathouse a fait admettre Cora, sa petite fille de 7 ans, au Waverly Hills Sanatorium. Malade de la tuberculose, elle espérait que l’hôpital de Louisville, grâce à ses traitements ultra modernes, pourrait la guérir. Mais depuis leur arrivée, la jeune mère a l’impression de vivre un cauchemar éveillé ! Il y eut d’abord les

ALTER EGO Darius (Efa-Erbetta/Lapière-Renders)

Darius Panahi réside à Los Angeles. Electricien de son état, c’est un voisin sans histoires, gentil et serviable, toujours prêt à dépanner le jeune couple qui vit en face de chez lui. Il répare leur micro-ondes, les invite à manger et est même là pour sauver Bram quand celui-ci a de gros soucis avec des