MON FRERE, CE ZERO (Colin Thibert)

ROMAN. A force de lire des romans policiers, Antoine sait reconnaître un plan parfait quand on lui en présente un. Et celui de Canard, son pote qui bosse dans une maison de santé haut de gamme pas loin de Cussingeac, en est un, c’est sûr. Du genre à rapporter quelques millions d’euros sans grands risques

LA DESOBEISSANCE D’ANDREAS KUPPLER (Goujon)

ROMAN. Février 1936.Andreas Kuppler est un journaliste talentueux. Après de brillantes études de lettres, il a rapidement été engagé comme reporter sportif dans l’un des plus grands journaux allemands. Et son rédacteur en chef, Ralph Becker, qui apprécie son style, l’a jusque là aidé à gravir les échelons de sa publication. Mais alors que les

LES BLEUS ETAIENT VERTS (Jaspard)

ROMAN. Le destin de Max semble tout tracé : la mine et un logement à la Rocamarie, cité de Saint-Étienne. Comme son père Mario et son grand frère Guy. Mais la salle des pendus et arracher du charbon à la roche 600 mètres sous terre, ce n’est pas son truc à Max. Non, ce qu’il veut,

BRAVES GENS DU PURGATOIRE (Pelot)

ROMAN. Un nouveau Pierre Pelot qui paraît : on devrait être heureux ! Sauf qu’on ne l’est qu’à moitié car l’auteur a annoncé (et ce n’est malheureusement pas un coup marketing de son éditeur…) que ce serait son dernier roman. Pourquoi ? Eh bien il faut lire Braves gens du Purgatoire (ça, c’est du teasing!) pour le comprendre

LA NUIT DE L’USINE (Sacheri)

ROMAN. L’un des premiers romans d’Eduardo Sacheri, Dans ses Yeux, a été adapté au cinéma (par Campanella) et a même remporté l’Oscar du meilleur film étranger en 2010. Et l’on voit bien La Nuit de l’Usine suivre le même chemin. Et si l’on devait situer ce nouveau récit, on ferait d’ailleurs appel à des réalisateurs

DEBOUT DANS LE TONNERRE (Pelot)

Magnolias. Un bien joli nom, presque paradisiaque, pour cette plantation de canne à sucre de Nouvelle-France passée sous contrôle anglais après la défaite des troupes de Montcalm dans les plaines d’Abraham en Haute-Louisiane canadienne. C’est son histoire que Pierre Pelot raconte ici. Il nous dit comment Penelope Ruz y Ortega de la Torre et Elmer