www.fordamage.fr.fm

FORDAMAGE
"s/t"

(kythibong)
Alors qu'on connaissait certains des membres adeptes de l'indie-folk (my name is nobody), voilà que Fordamage montre l'aspect le plus déviant de leur personnalité ! D'entrée, le groupe nous assène de violents coups de noise barrée, guitare grinçante et sadique, basse puissante et cris en tout genre. Et la formule fonctionne, rejoignant les regrettés Gordz au royaume des dingos à guitare (par gentillesse, nous prendrons le riff de "teckel" comme un hommage au trio parisien plus que comme une copie !). Les nantais aiment brouiller les pistes, déstructurer, pousser le vice… Tant mieux, leur folie est contagieuse et l'écoute des premiers titres nous donne une violente envie de nous jeter par terre, imitant la crise d'épilepsie. Dommage que l'alchimie est tendance a s'estomper sur la longueur de l'album (moins de 30 minutes pourtant), comme souvent dans le style. On s'émerveille sur la folie énergisante des premiers titres, l'étrangeté déstabilisante, puis, sur la fin du disque, on commence à décrocher, soit parce que les titres semblent moins inspirés (c'est une réalité), soit par overdose de son dissonant ? Hors l'absence d'un chant charismatique, qui ouvrirait un peu la palette du groupe, ne permet pas aux nantais de rattraper l'auditeur. L'instabilité constante a malheureusement tendance à fatiguer. Mais peu importe, si ce premier essai aurait donner un bien meilleur maxi, il n'en reste pas moins un album honnête qui devrait ravir les amateurs de noise abrasive, et qui donne envie de suivre l'affaire.
[mg]

••• Voir aussi : Gordz, Arab on Radar, Ned, Shellac, Ex Models, Sloy

 

www.anywaymusic.com

ANYWAY
"Dead End"

(silver rocket - more noise less music)
Après un album sorti chez Day After en 2002, les tchèques de Anyway rejoignent l'écurie Silver Rocket, et continuent de nous abreuver d'un punk émotionnel de haute volée. En effet, si parfois le groupe manque légèrement de tenue, il n'en est pas moins un représentant à retenir d'une scène tchèque en pleine forme. Leur punk est noisy, mélodique, frontale et énergique. Les amateurs du label Dischord devraient y retrouver des affinités. On se souvient d'ailleurs de leur reprise de Nation of Ulysses sur le tribute to Dischord sorti chez Millipede records (chronique ici) qui montrait déjà un groupe plein de bons goûts. On retrouve d'ailleurs certaines guitares dissonantes typiques du groupe de la Nation des Ulysses sur "Lost". Mais l'influence principale des tchèques semble rester Fugazi, avec ce mélange de dissonances et de mélodies, de décharges d'adrénaline et d'émotions étranges. Pas question pour autant de passer en mode indie, Anyway garde toute l'agressivité d'un bon groupe hardcore, n'hésitant pas à foncer tête baisser ("i feel bad" a même un petit côté Universal Order of Armaggedon !). Et je vous ai dit que le chanteur sortait parfois son Harmonica ? Une belle découverte.
[mg]

••• Voir aussi : Fugazi, Dawnbreed, Nation of Ulysses, Hüsker Dü, Dead Kennedys, Mudhoney

 

www.basementapesind.com

AND SAY WE DID
"Final demonstration"

(Basement Apes Ind / Head)
A sa séparation avec le groupe français Superstatic Revolution, le bassiste Cyril Blandino s'installe aux US et s'acoquine avec trois gars de Cleveland, Ohio. Dans cette union improbable, il passe alors d'une quatre cordes à une six pour un exercice musical qui a de la gueule. Je dis "exercice" car comme toutes les formations pratiquant un math-core, elle suit des schémas rigoureux, arithmétique pointilleuse et une géométrie chiadée. Impossible bien sûr de ne pas évoquer parmi les grands maîtres du genre des groupes comme Don caballero et Keelhaul… Leur théorie est néanmoins intéressante parce qu'elle cherche à éviter tout cloisonnement musical. Elle brasse les styles (postrock, metal, post-hardcore…) en articulant bien ses démonstrations. Techniquement parlant, le quatuor ne tente pas de surjouer. Il reste agréablement modeste mais constructif. Et surtout, il affiche de la cohérence dans les émotions qu'il cherche à délivrer. Il n'empêche que, comme toujours dans ce genre de production, la digestion des multiples plans et idées est assez diffcile. Mes préférences iront justement vers des morceaux courts comme le très bien ficelé "dietiss" et le très June of 44 "Jungle thing". Une bone leçon donc pour un album posthume efficace. Et oui, le fin mot de l'histoire c'est que le groupe n'est plus. Cyril et Billy, le bassiste s'en sont allés former Endagenda. Une nouvelle aventure commence…
[chRisA]

••• Voir aussi : Don caballero, Keelhaul, Endagenda, Goodbye Diana

 

DE ROSA
“Mend”

(Chemikal underground)
Le premier contact que l’on a avec “Mend” se fait, bien sûr, par l’entremise de sa pochette, une peinture sombre et expressive. Je la trouve personnellement très forte. Certains la diront certainement peu engageante. Mais il serait dommage de ne pas aller au-delà des apparences car cette compilation de morceaux écrits sur 4 ans entre 2001 et 2005 par De Rosa vaut le détour.
Ce groupe s’échine en effet à être aussi inventif que possible, histoire de brouiller les pistes et de surprendre l’auditeur. La base de sa musique est un folk-pop qui peut muer très rapidement au gré des humeurs même si celles-ci restent, vous l’avez compris, principalement mélancoliques. On pourrait ainsi citer certains morceaux comme “New Lanark”, plutôt calme et triste ou “Camera” plus nerveux et noisy. Mais ce qui fait LA qualité de “Mend”, c’est son côté habité et tourmenté. De Rosa nous donne l’impression de littéralement lever le voile sur ses états d’âme, sans fausse pudeur. Du coup, cet album dégage véritablement quelque chose, c’est le moins que l’on puisse dire. Il devrait mettre d’accord fans de Radiohead, Quickspace et Sebadoh. Rien que ça…
[sullivan]

••• Voir aussi : Quickspace, Sebadoh, Radiohead

 

www.DevonMiles.net

DEVONMILES
"Nine Hundred"

(HB rds)
Avec ce 5 titres, le groupe d'Orléans semble réunir ses principales influences : noise des années 90 (principalement), emo et post-hardcore. Les guitares oscille entre affrontement noise et notes baladeuses… Ce sont d'ailleurs ces guitares, chiadées et intéressantes, qui retiendront le plus l'attention sur ce disque. Les gars doivent rêver devant le jeu du guitariste de Pretty Girls Make Grave à mon avis ! Pour le reste, le groupe refuse un peu trop de perdre le contrôle et joue la carte mélodique à fond. Le chant semble en être le principal instigateur, couvrant par la même occasion une certaine émotion plus complexe que développe la musique. On retrouve ainsi l'ambiguïté de groupe comme Portobello Bones, hésitant entre une culture noise et des mélodies exacerbées… Mais vu les guitares, je pense que le groupe peut aller plus loin, avec des ambiances plus personnelles, et sans doute plus tendues. A suivre, comme on dit.
[mg]

••• Voir aussi : Condense, Sleeppers, Portobello Bones, Pretty Girls Make Grave, Fugazi, Burning Heads

 

www.headcorerecords.com

OFF YOUR HEAD
"Ties are Eternal"

(headcorerecords)
Bon, c'est vrai qu'à la vue de la photo du groupe, j'avais vraiment peur de tomber sur un ersatz de Blink 182, mais à l'écoute du disque, je supporte plutôt bien leur punk rock'n'roll. Les gars nous font pourtant les coups classiques du style, mais vu qu'ils sont peu à avoir le niveau en France, je ne suis pas encore blasé. Off Your Head balancent donc 15 brûlots hardcore très formatés ; entendez par là une production plutôt gros bras, du calibrage mélodique assez précis, une touche très rock'n'roll (the Hives sont passés par là), du "whou" bien tendance, et quelques morceaux pour tatoués en Marcel blanc. Alors, c'est vrai que présenté ainsi, on a peur de l'écœurement ; c'est vrai aussi que parfois l'influence de The Hives devient trop évidente, même passée à la moulinette punk californienne (à quand une signature chez Side One Dummy ?). Mais, on ne peut nier que le quatuor le fait plutôt bien, et arrive à tirer son épingle du jeu avec un culture plus hardcore (ils citent avec plus ou moins de justesse Youth Brigade et Jello Biaffra)… Bref, Off Your Head a tendance à naviguer dans des eaux bien peu profondes, mais si on accepte de pogoter un peu avec les djeunes "punks" habillés en Diabolik, je suis sûr qu'on pourra passer un bon moment !
[mg]

••• Voir aussi : The Hives, Nofx, Rocket from the Crypt, Rise Against

 

 

 

>> Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
>> If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
>>
Mathieu Gelezeau & Natasha Herzock
>> 51, rue Paul Vaillant Couturier - 92240 Malakoff - France

positiverage@hotmail.com

<< home
<< reviews