SUR LA
PLATINE

[mg]
CLOCKCLEANER
babylon rules

CHARLOTTEFIELD
what are friends for
THURSTON MOORE
trees outside the academy

OREN BLOEDOW & JENNIFER CHARLES
La Mar Enfortunal

POLVO
exploded drawing
DEERHOOF
Milkman
OXBOW
The Narcotic Story

31KNOTS
the days and nights of…

[chris]
THE GUTTER TWINS
saturnalia

LE LOUP
the throne of the third heaven
HARAM
drescher
PROPAGANDHI
today's empire

BATTLES
ep c/b ep
BEASTIE BOYS
check your head

[sullivan]
KATAMINE
Lag

THE EDITORS
An End Has a Start
BILLY TALENT
II
ENON
Grass Geysers.Carbon Clouds
LOW
Drums and Guns
KIM NOVAK
Luck and Accident
PINBACK
Autumn of the Seraphs


+++ voir le site du groupe

 

chroniques récentes
nos archives
mini-chroniques

DEBORAH KANT
s/t
(autoproduction)

Définitivement, les usines pétrochimiques de Lyon semblent avoir un effet désastreux sur les groupes de la région. Les micro-particules qui s'échappent des usines détruisent les neurones des musiciens qui n'arrivent qu'à donner naissance à une musique dissonante, aux repères instables, aux mélodies dérangées… telle est la malédiction lyonnaise. A l'instar des victimes les plus célèbres (Deity Guns, Bastârd, Condense), les nouveaux venus de Deborah Kant développent tous les symptômes pré-cités. Tant mieux me diront certains. Et c'est vrai que les plus dérangés d'entre nous seront ravis d'entendre cette noise rock malsaine, qui mélange savamment larsens bruitistes et mélodies étranges. Et peu importe si, comme ils le disent eux-mêmes, ça sonne comme en 1993... leur musique, à mi-chemin entre les méfaits de la jeunesse Sonic et leur compatriote de Deity Guns, possède toutes les qualités pour plaire aux personnes déviantes. L'ambiance bordélique est charmante, les dissonances attrayantes (même si fatigantes sur la longueur), l'attitude punk touchante, et l'esprit oppressant indispensable. Alors, on aurait préféré un son parfois plus travaillé (quoique), quelques morceaux plus identifiables, sans doute moins de longueurs inutiles, et on pourrait bien trouver quelques autres faux pas dus aux aléas du premier album, mais on retrouve tellement l'énergie créatrice qui nous a tant fait aimer les précurseurs de Deity Guns, qu'on ne voudrait surtout pas les bouder... à suivre donc.
[mg]

+++ voir aussi : Deity Guns, Sonic Youth

 


Pour être chroniqué dans cette rubrique, envoyez vos productions à :
If you want to be reviewed here, send your promotionnal stuff to :
Mathieu Gelezeau - 51, rue Paul Vaillant Couturier
92240 Malakoff - France /
email : positiverage(a)hotmail.com