Si Mickael Mottet et ses Hiddentracks (un collectif mouvant d’environs dix personnes) sortent là un album de pop (au sens large, on y reviendra) riche et intense, ce sont bien l’apparition de choix plus risqués, de recherches déviantes, et ces montées en tension qui font de ce disque une réussite.
Au premier abord, « Now » pourrait en effet laisser entendre que la formation avait tout compris à cette pop orchestrée, ou aux mélodies folk… on se laissait aller dans ce classicisme subtil aux gammes jazz. Touché par cette contrebasse délicate, et ces arrangements pointilleux. On y croisait de vieilles connaissances, d’un Pavement assagi à un Damon Albarn, ou un Syd Matters. Mais si Angil montre une certaine aisance sur ces sujets, ce sont bien ces escapades vers des monts plus tourmentés qui ont fini de me convaincre.
Le rythme commence à se resserrer sur le très pop « To Progress » , mais c’est avec l’étrange « Know-Hows » ou « Swan Song of a Refugee » qu’on change de cap. Le chant devient plus raide, pas si loin des vieilles formations post-punk (The Fall), tandis que la musique s’échappe vers des ambiances tendues comme si Stravinsky jouait du jazz (Know-Hows). Le rythme s’emballe encore sur le très rock « Swan Song of A Refugee », sorte de cavalcade vers la folie, invitant les démons d’un Old Time Relijun inspiré. Enfin, « Do » finira ce triptyque tendu, avec son pas lourd, ces arpèges inquiétants et ce chant qui s’emballe.
Alors, certes, Angil sait composer de merveilleuses mélodies pop, certes les arrangements de haut-bois et autre clarinettes sonnent parfaitement juste, mais c’est bien l’extravagance dissimulée de cet album qui le rend Unique. Ça tombe bien, c’est aussi le nom de leur label.

(Album – We Are Unique!)