LA FAUTE Une vie en Corée du nord (Sztanke/Chabert)

2 ans que Michaël Sztanke et Alexis Chabert attendent pour avoir un visa pour la Corée du nord. Mais cette fois, après d’âpres et longues négociations avec les autorités nord-coréennes, ils ont obtenu le précieux sésame : un visa d’une semaine ! Arrivés dans la capitale, les 2 hommes déchantent cependant rapidement : alors qu’ils

LA NUEVE (Roca)

Si Paco Roca est un habitué de la collection Mirages (il y a déjà sorti « Rues de sable » et « La tête en l’air »), il s’aventure cette fois sur de nouvelles terres narratives avec « La Nueve ». Il y conte en effet le destin de ceux, femmes et hommes, qui ont dû fuir l’Espagne, juste avant la

KANOPE (Joor)

Est-il encore vraiment nécessaire d’ici vanter les mérites de cette collection Mirages de Delcourt ? Probablement pas car on les a déjà souvent soulignés dans ces colonnes. Pourtant quasiment chacune de ses nouvelles sorties nous pousse à le faire. Et « Kanopé » ne fait pas exception. Et pourtant, en l’occurrence, ce n’était pas gagné d’avance puisque ce

LA VISION DE BACCHUS (Dytar)

Jean Dytar ne sort pas beaucoup de livres. « La vision de Bacchus » n’est en effet que son deuxième et 5 ans se sont écoulés depuis la parution de « Le sourire des marionnettes ». Mais comment pourrait-il en être autrement alors qu’il met tant de lui-même dans chacun d’entre eux et qu’il démontre une ambition graphique à

CHARLY 9 (Guérineau d’après Teulé)

Décidément, les romans de Jean Teulé semblent être faits pour être adaptés en bande dessinée ! Car après « Le Montespan » (l’histoire du cocu le plus célèbre de l’Histoire qui tenta, sa vie durant, de reprendre sa femme au roi Soleil), « Le magasin des suicides » et « Je, François Villon », c’est en effet cette fois Richard Guérineau qui

MAUVAIS GENRE (Cruchaudet)

Chloé Cruchaudet a beau être encore une jeune auteure (elle est née en 76), elle s’est néanmoins déjà fait remarquer avec sa trilogie « Ida » et « Groenland Manhattan », pour lequel elle a reçu le prix René Goscinny en 2008. Et c’est désormais avec le statut d’auteur confirmé qu’elle revient avec cet extraordinaire « Mauvais genre » qui sort

COME PRIMA (Alfred)

A notre grand regret, Alfred se faisait bien rare ces derniers temps. Et pour cause, l’auteur traversait, selon ses dires, une véritable crise vis-à-vis du dessin qui a commencé il y a 5 ans. Il venait de devenir papa et de s’installer en Italie avec sa compagne. Il décide alors d’écrire, pas forcément dans l’optique

LA TETE EN L’AIR (Roca)

Ernest se sent abandonné. Il a du mal à comprendre que son fils l’ait mis dans cette maison de retraite spécialisée. Bien sûr il perd parfois la mémoire mais de là à le mettre avec ces personnes âgées séniles incapables de manger seules, ces vieillards qui souffrent d’Alzheimer et ne font que répéter ce qu’ont

L’ARRACHE CŒUR (Morvan/Péroz)

Un psychanalyste qui, se sentant vide, rêve de trouver un patient qui accepterait une analyse intégrale pour se remplir, une mère qui vient de mettre au monde 3 jumeaux ( !) congédie son mari sur le champ car elle ne peut lui pardonner toutes les douleurs de l’accouchement, un curé qui se met en scène sur

SOUS L’ENTONNOIR (Sibylline/Sicaud)

A 17 ans, après avoir avalé des médicaments, Sibylline s’est réveillée sanglée sur un lit dans un hôpital psychiatrique. Contre sa volonté, elle y restera presqu’un mois. 15 ans après, elle raconte ce séjour dans « Sous l’entonnoir ». Comme pour tenter de refermer définitivement ce chapitre douloureux de sa vie. Organisé en courts épisodes, le récit

CELLE QUI RECHAUFFE L’HIVER (Place)

Pas l’ombre d’un phoque ! Anki et Tagak sont une nouvelle fois revenus bredouilles de la chasse. Le village n’a pas une goute de graisse en stock et l’hiver approche à grands pas. Il reste peut-être une solution, que les chamanes ne peuvent cette fois plus écarter : aller trouver la déesse de la mer pour la