NOBODY Saison 1 Episode ¼ (De Metter)

Pénitencier du Montana, août 2008. Psychologue, Beatriz Brennan a été chargée de rendre visite à un prisonnier pour faire son expertise psychiatrique. Accusé d’un meurtre violent et macabre (il a tué et découpé un équipier), celui-ci semble totalement accepter sa culpabilité et clame même à qui veut l’entendre qu’il mérite la peine de mort ! Mais

L’HERBIER SAUVAGE (Cruchaudet/Vehlmann)

Le nouveau projet de Fabien Vehlmann va en surprendre plus d’un ! Parce que, pour commencer, ce n’est pas une bd mais un recueil de témoignages illustré (des aquarelles, jolies et très libres, de Chloé Cruchaudet qui peuvent être aussi bien sensuelles que très hard, réalistes que surréalistes). Et parce que le thème abordé n’est autre

LE CHEVAL D’ORGUEIL (Galic/Lizano)

Après L’île aux 30 cercueils, déjà paru chez Noctambule, Galic et Lizano adaptent cette fois Le cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Hélias, roman autobiographique dans lequel l’auteur raconte son enfance bretonne dans une famille de paysans pauvres. Il y parle de la mobilisation de son père lors de la guerre 14-18 alors qu’il n’avait que quelques

LE JARDIN DE MINUIT (Edith)

On les guette avec impatience les sorties de cette collection Noctambule. Parce qu’elles sont rares, 2 ou 3 par an, pas plus. Mais aussi et surtout parce que la qualité est toujours au rendez-vous. Depuis ses débuts, on n’a, en effet, jamais été déçu par cette collection. Et cela ne commencera pas avec Le jardin

HOMMES A LA MER (Riff Reb’s)

A l’origine, Riff Reb’s n’avait pas prévu de réaliser une trilogie maritime. Mais après l’excellent « A bord de l’étoile Matutine » (qui avait d’ailleurs inauguré cette précieuse collection Noctambule), notre homme n’avait pu se résoudre à quitter le monde des marins et de la flibuste. Et après avoir adapté Mac Orlan, c’est sur une œuvre de

MOBY DICK (Alary/Jouvray)

Le « Moby Dick » d’Herman Melville est probablement l’un des romans qui a été le plus adapté. Rien qu’en bande dessinée, on peut, de mémoire, en dénombrer 3 ces dernières années : le « Moby Dick », marquant, de Rouaud et Deprez chez Casterman, celui de Chabouté sorti chez Vents d’ouest et donc celui-ci, signé Alary et Jouvray

LEONARD ET SALAI 1. Il Salaïno (Lacombe/Etchegoyen)

Si l’on connaît le grand talent d’illustrateur et d’auteur jeunesse de Benjamin Lacombe, on était vraiment curieux de voir ce que son passage au roman graphique allait donner. D’autant que celui-ci sortait dans la prestigieuse collection Noctambule ! Pour l’occasion, Lacombe a demandé à Paul Etchegoyen de l’épauler pour réaliser ce diptyque : le second

AU CŒUR DES TENEBRES (Miquel/Godart)

Les parutions de la collection Noctambule sont plutôt rares : une poignée chaque année. Car ici on les bichonne les livres, l’édition est soignée et chaque projet est choisi avec attention. Voilà pourquoi la qualité est à chaque fois au rendez-vous ! C’est donc avec grand plaisir que l’on aborde cet « Au cœur des ténèbres », seconde contribution

FENETRE SUR RABATE

PASCAL RABATE est un touche à tout qui fonctionne à l’instinct et au plaisir. Un créateur qui fuit absolument l’ennui et n’aime rien moins qu’expérimenter et se frotter à de nouveaux défis. Après la bande dessinée (d’ »Ibicus » à « Crève saucisse » en passant par « Les petits ruisseaux »), et plus récemment le cinéma (il a notamment adapté

FENETRES SUR RUE (Rabaté)

La collection Noctambule a jusque là fait un sans faute (sans citer toutes ses réussites, mentionnons tout de même la trilogie mordante d’Arthur de Pins, « La marche du crabe », ou le superbe voyage dans le monde de la flibuste qu’est « Le loup des mers » de Riff Reb’s). Elle n’entend pourtant pas vivre sur ses acquis.

LE LOUP DES MERS (Riff Reb’s)

Critique littéraire issu de la bonne société américaine de la fin du XIXème siècle, Humphrey Van Heyden prend le bac pour traverser la baie de San Francisco. Mais alors que seulement quelques heures le séparaient de la demeure de son ami chez qui il devait passer le week-end, le voilà, une brume épaisse à couper

LA DERNIERE IMAGE (Jakupi)

Une fois n’est pas coutume : si Noctambule nous avait jusque là habitués à une démarche littéraire — les auteurs y adaptant des œuvres ou proposant des romans graphiques — ce nouvel opus est au contraire en prise directe avec le réel puisque « La dernière image » est un reportage. On y suit en fait le voyage

LA MARCHE DU CRABE Second tome : L’empire des crabes (de Pins)

Le Cancer Simplicimus Vulgaris, communément appelé crabe carré, a une étrange particularité : celle de ne pouvoir avancer qu’en ligne droite. Une sorte de malédiction (cette tare complique beaucoup la reproduction de son espèce !) qui durait depuis 400 millions d’années ! Jusqu’à ce que 3 crabes vivant sur les plages de l’estuaire de la Gironde ne décident

LE CLUB DU SUICIDE (Baloup/Vaccaro)

De l’avis même des membres des clubs huppés de gentlemen de Londres, on s’ennuie ferme dans la capitale anglaise en ce début de XXe siècle. Alors, à l’instar du prince Flouzel de Bohême, on s’encanaille, le soir venu, grimés, dans les bas fonds, pour tromper l’ennui. On s’aventure dans des bouges sordides à la recherche