SHI 1. Au commencement était la colère (Zidrou/Homs)

En plus de nous proposer régulièrement de très bons récits, Zidrou présente un autre avantage : celui de nous faire découvrir la nouvelle génération de dessinateurs espagnols. Même si Homs (avec qui il signe cette nouvelle série), grâce à son travail sur Millénium, est déjà reconnu en France, notre homme a en effet déjà confié, depuis

LE CRIME QUI EST LE TIEN (Zidrou/Berthet)

27 ans que Greg Hopper se planque dans les montagnes australiennes, loin des hommes, où il élève, seul, des moutons…Mais juste avant de mourir de son cancer, son frère Ikke a avoué le meurtre de Lee, sa femme, de 67 coups de ciseau à bois. Mais au fait pourquoi Ikke s’est-il décidé à avouer tant

L’INDIVISION (Springer/Zidrou)

Virginie trompe son mari avec Martin. Depuis longtemps déjà. Lui avait bien essayé de fuir cet amour impossible en se faisant muter à Abu Dhabi mais depuis qu’il est revenu il y a 4 ans, leur histoire est repartie de plus belle. Trop forte, trop intense. Pourtant, cette fois, Virginie veut rompre pour de bon.

LES 3 FRUITS (Zidrou/Oriol)

Cela commence par « il était une fois » parce que « Les 3 fruits » est un conte (pour adultes, hein, car il est violent, amer et effrayant), avec ses épisodes qui se répètent, les mêmes phrases qui reviennent à intervalles réguliers, ses personnages archétypaux (le roi sanguinaire et froid, le démon machiavélique), ses jolies métaphores (les fruits,

MERCI (Zidrou/Monin)

Merci. Merci Zylberajch. Oui, c’est bien le nom qu’elle porte…Parce que sa mère l’a eu vraiment sur le tard. Merci, donc, est au tribunal des enfants de Bredenne. La jeune ado a fait la bêtise de trop : un tag (« Le Parmentier gros pd ») sur la maison de son prof de maths qui l’avait obligée

LA MONDAINE Tome 2 (Zidrou/Lafebre)

C’est un Aimé Clouzeau un peu plus sûr de lui que l’on retrouve au début de ce tome 2. Et pour cause, 5 années se sont écoulées depuis la fin du tome 1. Entre temps, la guerre a éclaté et le Quai des orfèvres est passé sous commandement allemand. Ce ne sont maintenant malheureusement plus

TOURNE-DISQUE (Beuchot/Zidrou)

1930. Le virtuose du violon Eugène Ysaÿe est invité à donner un récital à Léopoldville, au Congo, dans le cadre de la commémoration du centenaire de l’indépendance de la Belgique par le gouverneur de la colonie belge. Le vieil homme (il a presque 70 ans) accepte l’invitation : il en profitera pour passer quelques semaines

LA MONDAINE Tome 1 (Zidrou/Lafebre)

Aimé Clouzeau bosse au quai des orfèvres. Il était inspecteur à la Crim et vient de demander sa mutation un étage en dessous, à la « Mondaine ». Drôle de décision pour un jeune homme encore vierge à 28 ans ! D’autant que dans les années 30 on en voit des vertes et des pas mûres à la

LE CLIENT (Zidrou/Man)

On ne l’arrête plus ! Quelques semaines seulement après « Le beau voyage », Zidrou est déjà de retour avec « Le client » pour, cette fois, nous proposer une plongée, sans fard, dans le monde de la prostitution. Cette plongée, c’est surtout Augustin Mirales qui va en faire l’expérience. Notre homme s’est en effet mis en tête de sortir

LE BEAU VOYAGE (Zidrou/Springer)

Zidrou n’en finit plus de nous surprendre et de nous épater ! Après l’histoire d’amour inattendue de « La peau de l’ours », la folie et l’horreur de la guerre dans « Folies Bergères », avec « Le beau voyage », il a cette fois décidé de nous conter une renaissance. Belle et bouleversante à la fois. Celle de Léa. Dont la

LES FOLIES BERGERE (Zidrou/Porcel)

Les Folies Bergère : voilà comment les soldats de la dix-septième compagnie d’infanterie ont renommé leur unité. Parce qu’ils se sont juré de tous y fêter la fin de la guerre. Histoire aussi d’oublier les montées au combat, baïonnette en avant, et les copains tombés après quelques mètres seulement, les membres parfois déchiquetés ; les obus qui

LA PEAU DE L’OURS (Zidrou/Oriol)

Ah les a-prioris… Qui aurait cru que Zidrou (scénariste de « L’élève Ducobu » ou « Tamara »…) signerait un jour un récit comme celui-là ? Pas moi, je dois l’avouer. Pourtant, il faut bien se rendre à l’évidence : « La peau de l’ours » est certainement la bd de l’été, aussi forte que convaincante. L’auteur y raconte l’histoire d’Amedeo, jeune italien